Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 13:51
LOST IN TRANSLATION

Histoire de rendez-vous manqués dans un hôtel de Beyrouth. Entre deux hommes de théâtre. Entre le client voyageur et la réceptionniste hôtesse. Entre le passé, le présent et l'avenir des personnages. Rémi de Vos, qui signe cette pièce, sait y faire.

Un auteur de théâtre français est mené en bateau jusqu’au Liban par un metteur en scène qui projette l’intention de monter une de ses pièces. Mais l’accueil n’est pas à la hauteur des prétentions culturelles du dramaturge. Le metteur en scène reste invisible et l’attente dans un hôtel de Beyrouth plonge l’auteur dans un no man’s land transitoire, enrichi par la présence de la réceptionniste, seule âme à l’écoute de son hôte.

Leur rencontre débute par un quiproquo…Il cherche une chambre, elle offre son corps. Une attaque énergique comme le choc de la confrontation de deux cultures qui se découvrent. Du Liban, l’auteur n’en verra pourtant que l’hôtel. Voyageur centré sur soi-même, il ferme les yeux sur les mystères de la ville pour mieux se pencher sur un ego égratigné. Ses pièces restent aux oubliettes des œuvres littéraires, sa femme vient de le quitter pour un animateur radio, le metteur en scène qui lui avait promis la lune libanaise est invisible…

Cette chambre perdue au milieu de nulle part le place dans un face à face qui le force à se voir tel qu’il est vraiment. Isolée du monde, la réceptionniste tente pourtant de construire un pont fragile entre leurs deux rives. Leur conversation commence par former deux lignes parallèles, qui ne se rejoignent jamais, pour s’arc-bouter progressivement jusqu’à un point de contact où le moi parvient enfin à se projeter vers l’autre.

L’hôtel des deux mondes…

L’intimité est donnée comme une évidence. Une lumière chaude et  tamisée vient caresser la scène, un tête-à-tête forcé qui rappelle un huis clos sartrien. Et pourtant une frontière invisible sépare les deux personnages. Quand elle tente de franchir la ligne, l’auteur la remet à sa place. Epuisé par sa solitude, il cherchera à son tour à réduire l’espace qui les sépare tous les deux.

Le fossé qui les éloigne semble insurmontable. Lui, l’occidental qui vit dans la facilité du confort et de la consommation à profusion, exhibe une gravité et une mélancolie profonde. Elle, l’orientale qui survit dans un pays ravagé par la guerre et qui se reconstruit entre les tentatives d’attentats, affiche une légèreté et une envie de jouir de l’existence par tous les bouts. Le contraste est renforcé par un rythme lent qui plonge le public dans une ambiance où le temps semble se suspendre.

Le temps s’invite comme le personnage invisible de la pièce. Les silences s’allongent pour donner une importance particulière aux phrases les plus anodines. Les détails deviennent capitaux dans ce quotidien dénué de sens. La simple présence de Niels Arestrup suffit à transmettre le malaise de cet auteur en quête de soi-même qui affronte ses parts d’ombre. Isabelle Le Nouvel apparaît comme une lumière en second plan qui équilibre les énergies en scène.

Ange LISE (Paris)

BEYROUTH HOTEL
De Rémi de Vos
Mise en scène de Niels Arestrup
Assisté de Catherine Salvini
Avec Niels Arestrup et Isabelle Le Nouvel
Studio des Champs-Elysées, 15, avenue Montaigne,  75008  Paris
Jusqu’au 16 novembre, du mardi au dimanche à 19 heures
Locations au 01 53 23 99 19

Partager cet article

Repost 0
Published by Ange LISE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche