Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 14:41
BIENVENUE CHEZ LES ZAZOUS

Nés dans les années 30, les zazous, personnages excentriques férus de jazz, s’amusaient à danser et à rire dans les cabarets pour témoigner de leur refus de la guerre. « Etes-vous swing ? » met en scène leur histoire durant une heure frétillante mais pas toujours intelligible.

Sur une scène sombre, décorée d’un piano noir, de deux chaises et d’un vieux phonographe, trois hommes attendent, l’allure grave. Du jazz s’élève. Puis de loin, une voix s’affirme, rompant la plénitude de la musique. C’est un homme au costume extravaguant et multicolore qui apparaît. Doté d’une voix profonde et d’un air mystérieux, il annonce l’arrivée des zazous.



Ce préambule amorce un spectacle déjanté, interprété par quatre comédiens enthousiastes et farfelus. On assiste, partagé entre le rire et l’étonnement, à des danses, des chansons, des culbutes, des poèmes. Il y a une telle frénésie dans le déroulement de ces différentes saynètes et une telle rupture dans les sujets abordés que l’étourdissement est permanent. La pièce joue à l’excès avec la folie effrontée qui caractérisait les zazous. L’enchaînement systématique de textes drôles mais sibyllins d’écrivains comme Henri Michaux, Max Jacob ou Boris Vian fait que par moments, l’attention lâche. Elle lâche parce qu’on est trop dérouté, en manque de repères.

L’âge d’or du jazz

La pièce gagne toutefois en personnalité grâce à la mise en scène cadencée de Norman Barreau-Gely. Imaginée comme un cabaret, elle mêle les comédiens à un public souvent pris à partie. Cette dimension participative est renforcée par leur gestuelle dynamique et comique et leur occupation totale de l’espace scénique.

L’omniprésence de ces quatre comédiens ne doit pas faire oublier le pianiste qui joue sur le côté de la scène. Discret et sobre, cet homme laisse s’échapper de son doigté fluide des mélodies entraînantes à mi-chemin entre jazz et swing. Ces interventions musicales, outre le fait qu’elles révèlent la mélancolie pittoresque des zazous, permettent de porter le texte, de l’illustrer et de l’embellir.

« Etes-vous swing ? » fait le pari audacieux de recréer un univers complexe fait de folie et d’extravagance sans pour autant réussir à vulgariser tout à fait son propos. Le sens s’est perdu au détriment de l’absurde.

Cécile STROUK (Paris)

Etes-vous swing ? (Paris)
Auteur : l’Alambic théâtre
Mise en scène : Norman Barreau-Gely
Interprétation : Anne-Claire Carret, Perinne Forget, Mickaël Le Bihan, Sébastien Prono, Pierre Marie Quiban, Sandy Ralambondrainy

Au théâtre des Blancs Manteaux, tous les dimanches d’octobre, novembre et décembre 2008 à 17h15

Photo Bertrand Gautier

>
>
>

Partager cet article

Repost 0
Published by Cécile STROUK - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche