Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 14:56
LE PERE AU CŒUR DU CHAOS

C’est sans aucun doute l’évènement théâtral de cette rentrée montpelliéraine. Pour Jean-Claude Fall, metteur en scène de ces deux tragédies de Shakespeare et directeur du Théâtre des Treize Vents (CDN) depuis dix ans, c’était un rêve. "Le Roi Lear" et "Richard III", ici construits comme un diptyque, peuvent être vus séparément.

Dans "Le Roi Lear", incarné avec fougue par Jean-Claude Fall, comme dans "Richard III", interprété par le truculent David Alaya, la figure du père domine les intrigues familiales. De leurs trop pleins ou de leurs vides, ces pères pris par le jeu des passions creusent  inconsciemment les sillages de l’histoire de leur propre descendance. Et ici, le tout jeune Zachary Fall, fils de Jean-Claude, est le prince Édouard dans "Richard III"...



Le Roi Lear : grand cœur malade

Cette histoire- là relève de l’illusion. Un roi décide de tout léguer de son vivant à ses trois filles. Aveuglé, il rejette finalement celle qu’il aime le plus parce qu’elle ne se prête pas à la mascarade affective qu’il exige. Désordre, folie et mort s’en suivront jusqu’à la destruction de toute sa descendance. Devant ce carnage, on s'interroge : qui mieux qu’un père peut dévorer son enfant ? Comment l’enfant idéal se transforme-t-il en voyou implacable ? Le désastre causé par ce "Lear" interpelle sur ce que la figure du père mêle de répulsif et d’admiratif.

Richard III : l’énergie sauvage

Tout autant démesuré, le vide de l’absence du père mort assassiné plongera la fratrie et le pouvoir dans le chaos. La question de la transmission et de la filiation est bien sûr au cœur des actes de ce fils féroce, lesquels sont dignes d’un polar sanglant avec en toile de fond la guerre des Deux-Roses où Richard III trouvera la mort. Là encore, le public est conduit à s'interroger en partant de ce que le psychanalyste Jacques Lacan a nommé « la forclusion du nom du père ». Car c’est le père qui nomme, incarne l’autorité et fait la loi. Son absence n’est pas sans conséquence sur l’enfant qui se construit ou se détruit. Et ce Richard III nous apparaît comme un danger pour lui, l’autre et le monde.

Il y a confrontation des deux univers, baroque et contemporain, dans cette double aventure shakespearienne. Gérard Didier, le scénographe, a résolu la problématique de l’espace scénique de ce diptyque par un décor unique qui relève autant de l’architecture que de la vidéo. Une structure bois et pentue posée au sol prend tour à tour des allures de bateau ivre dans l’illusion d’un orage pour "Le Roi Lear" ou spectrale, face à l’image réfractée en plongée des victimes assassinées dans "Richard III". Ainsi le dispositif photographique réfléchit les fondamentaux des deux pièces, amplifiés par la puissance musicale du compositeur russe Dimitri Chostakovitch. D’autres musiques, comme le rap, viendront s’intercaler.

La conception scénique en est presque épique. Elle donne à réfléchir sur un ordre social et politique qui met en cause le tourment d’une époque facilement transposable dans la nôtre. C’est dire le champ des interprétations que ces deux créations donnent à explorer. La performance des comédiens, la puissance de leur interprétation où le cynisme est total ont reçu un accueil enthousiaste du public.

Christelle ZAMORA (Montpellier)


Au Théâtre des Treize Vents
du 2 au 25 octobre 2008

Les prochaines dates:

Tours du 6 au 13 novembre 2008 au CDR de Tours - Nouvel Olympia
Nice du 8 au 11 avril 2009 au Théâtre national de Nice - CDN de Nice  
Côte d’Azur
Neuchatel du 8 au 9 mai 2009 au Théâtre du Passage à Neuchâtel -  
Suisse
Marseille du 3 au 17 mai 2009 à la Criée - Théâtre national de  
Marseille
Angers du 2 au 4 juin 2009 au Nouveau théâtre d’Angers - CDN des  
Pays de la Loire
En cours de projet : 2009-2010 Théâtre des Quartiers d’Ivry-CDN

Avec : David Ayala, Marc Baylet, Jean-Claude Bonnifait, Roxane Borgna,  
Jean-Claude Fall, Isabelle Fürst, Julien Guill, Grégory Nardella,  
Patrick Oton, Fanny Rudelle, Luc Sabot, Alex Selmane, Christel Touret

scénographie : Gérard Didier - dramaturgie : Gérard Lieber -  
costumes : Marie Delphin, Gérard Didier - lumières : Martine André,  
Jean-Claude Fall - musique : Dimitri Chostakovitch - son : Serge  
Monségu - vidéo : Laurent Rojol - assistants à la mise en scène :  
Marc Baylet et Stéphane Laudier

Produit par : Théâtre des Treize Vents

Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle ZAMORA - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Cécile 18/08/2009 17:38

Vous pouvez retrouver des extraits de Richard III sur http://www.lequai.tv/fr/bdd/video_id/265

Chronique Fraîche