Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 15:01
L'HISTOIRE DE LA CONDITION HUMAINE

La "Needcompany", compagnie belge à vocation internationale, a présenté le dernier volet de la trilogie de Jan Lauwers :"Sad Race/Happy Face" créé cet été au "Salzburger Festsiele" avant cette première belge d'une œuvre originale trilingue.

Après "La chambre d'Isabella" et "Le Bazar du Homard, "La Maison des Cerfs" se veut plus proche de l'intimité de la compagnie. Pour appréhender le projet de Lauwers dans sa globalité, il faut pouvoir y entrer sans a priori et savoir qu'il se construit autour d'idées et de préoccupations contemporaines parmi lesquelles l'obsession de la Mort et de sa représentativité dans nos sociétés actuelles. La condition humaine est vue sous les angles successifs du passé, de l'avenir, et du présent. Le point de départ est, à chaque fois, un événement de la vie réelle, transformé, élargi au présent du monde, qui revient ponctuellement comme un leitmotiv. Pour cette compagnie de "performers", il ne fait pas de doute qu'une expérience personnelle trouve sa résonance dans la dure réalité de la société contemporaine.



Comme un conte sans fées

Il n'est jamais facile de résumer un projet de Lauwers tant les idées foisonnent et les séquences s'entrechoquent.
C'est la nouvelle du décès brutal du frère d'une artiste de la compagnie, apprise au cours d'une tournée en France, qui a fait surgir l'urgence de la création.

Dans cette "Maison", on rencontre, outre des cerfs morts, des êtres fantastiques et des acteurs jouant des acteurs… À moins qu'il ne s'agisse d'une sorte de célébration festive, d'un rite funéraire ancien revisité. "Het Hertenhuis" relève de la réalité transcendée, du rêve (ou du cauchemar) mais est travaillé en différentes réalités, le théâtre se mêlant au vécu des comédiens. Ainsi se maintient un lien entre les membres du groupe sublimé, grâce à la gardienne des êtres purs que sont les cerfs, simplette nommée Grace, sous la férule de la Matriarche (Viviane De Muynck).


Plutôt que son évocation naturaliste, c'est dans la suggestion, la dérision, voire la transfiguration jusqu'au fantastique que la compagnie arrive à en exprimer "la mystérieuse nécessité". Un travail en équipe, dans une famille où chacun est un acteur dans tous les sens du mot, à la base de tout projet théâtral, avec la lancinante question :"comment rendre compte de l'être humain avec les moyens du paraître ?"

Les acteurs-danseurs-chanteurs de la Needcompany évoluent avec la plus parfaite souplesse dans plusieurs disciplines comme dans plusieurs langues. Cela confère déjà un cachet particulier et évocateur de la diversité de notre fameuse boule bleue aux multiples facettes, mais qui ne tourne pas rond. Et puis il y a la sollicitation permanente du spectateur pour qui, à partir d'un même fait, une œuvre en séquences - poupées russes, tables gigogne, miroirs de foire ou puzzle - est là, présente, comme autant de possibles offerts. Est fait appel surtout à son imagination, libre à lui d'interpréter comme il l'entend les images fortes et magnifiques que, dans un rythme soutenu, il reçoit…

Suzane VANINA (Bruxelles)

Au Kaaithetater les 25, 26, 27. septembre 2008 (00 32(0)2.201.59.59 - www.kaaitheater.be
En tournée : très nombreuses dates en Europe - voir site:  www.needcompany.org

"Het Hertenhuis"
Texte : Jan Lauwers (Fischer Taschenbüche Verlag, 2008)
Mise en scène, scénographie, images : Jan Lauwers, Elke Janssens
Chorégraphie : collective
Distribution : Grace Ellen Barkey, Anna Sophia Bonnema, Hans Petter Dahl, Viviane De Muynck, Misha Downey, Julien Faure, Yumiko Funaya, Benoît Gob, Tijen Lawton, Maarten Seghers, Inge Van Bruystegem
Musique : Hans Peter Dahl, Maarten Seghers
Son : Dré Schneider
Lumière : Ken Hioco, Koen Raes
Costumes : Lot Lemm, Lieve Meeussen, Line Lendais

Production : Needcompany/Salzburger Festspiele/PACT Zollverein,Essen et Schauspielhaus, Zürich, Kaaitheater de Bruxelles, Singel d'Antwerp


Photos ©  Maarten Vanden Abeele/Needcompany



Partager cet article

Repost 0
Published by Suzanne VANINA - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche