Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 11:57
SANS L’OMBRE D’UN SOUPÇON…

Les corps préfèrent être mis en lumière et c’est pourtant les ombres qui prennent la vedette dans le dernier spectacle de Philippe Decouflé. Un patchwork poétique où s’enchevêtrent toutes les formes d’art vivant, mouvant et émouvant.

L’histoire de départ est comme un lapin sorti du sombrero du magicien qui déballe toute sa panoplie de féerie. Les ombres se déchaînent. Quelles soient chinoises ou qu’elles s’exposent sous un soleil mexicain, les ombres jouent avec la lumière quand ce ne sont pas les danseurs qui batifolent avec elles  et les comédiens qui la découpent en tranche de mots…


« Mais au fait, on dit un ombre ou une ombre ? Il ou elle ? Mon ombre : il, ou mon ombre : elle ? ». Le ton est donné, les ombres sont lancées et ne s’arrêtent plus, dans un tourbillon d’images et de chorégraphies qui se marient comme le cinéma flirte amoureusement avec le théâtre. Les ombres vont avec tout et se mêlent avec malice aux illusions d’optique.  Chaque tableau aborde un thème comme une scène de film où l’ombre est le personnage principal. Les danseurs, comédiens et musiciens sont là pour lui donner la réplique. Elle peut se coller aux pieds des danseurs tout en leur faisant un pied de nez pour prendre son indépendance. Elle peut se retourner contre sa silhouette ou disparaître comme par magie, se faire plus mutine au moment des embrassades où elle se fond avec délice dans la lumière ou envahir l’espace comme une menace. L’ombre est reine. L’ombre est lumineuse.


Jeu d’ombres et de lumières

« Sombreros » est sobrement classé dans les spectacles de danse. Les ombres se sentent un peu à l’étroit avec cette étiquette, tant la fantaisie et l’univers délirant de Decouflé ravissent des yeux qui ne savent plus où donner du regard. Sombreros n’est pas qu’une perfection de précisions où les danseurs se font comédiens, et les comédiens se font danseurs. Objet hybride complètement identifié, cette pièce expérimentale mêle savamment danse, théâtre, bande dessinée, cinéma et cirque. Les mots, issus du texte de Claude Ponti, jonglent avec un humour habile dans la bouche de maîtres de cérémonie déjantés, Christophe Salengro et Aurélia Petit, qui déroulent le fil de l’histoire (quand François cherche à rencontrer Françoise, son âme sœur qui reste dans l’ombre) jusqu’à rembobiner la pelote.  Les images projetées sur la scène plongent le public dans  un cinéma paradisio, bercé par la musique éclectique de Brian Eno et Sébastien Libolt, joué par un orchestre qui se mêle parfois aux danseurs.

Sombreros renoue avec nos jeux d’enfants et se savoure comme un bonbon coloré qui picote. En ressortant de la salle, votre ombre aura pris du galon sans pour autant attraper la grosse tête.


Ange LISE (Paris)

 

Sombreros
De Philippe Decouflé
Montée par Philippe Decouflé
Avec Sébastien Libolt , Clémence Galliard , Nathalie Hauwelle , Leïla Pasquier , Christophe Salengro , Yannick Jory , Aurélia Petit , Olivier Simola, Christophe Waksmann , Alexandra Naudet
Création musicale : Brian Eno et Sébastien Libolt
Textes de Claude Ponti
Lumières de Patrice Besombes assisté de Begoña Garcia Navas
Création d’images : Olivier Simola, Christophe Waksmann, Laurent Radanovic, Roméo Ricard, Dominique Willoughby.

Théâtre de Chaillot, 1, Place du Trocadéro,   75016  Paris
Jusqu’au 13 décembre, du mardi au samedi à 20h30, dimanche à 15h

Location au 01 53 65 30 00

Partager cet article

Repost 0
Published by Ange LISE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche