Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 17:35
ODE A MUSSET

Le décor romantique des voûtes médiévales de l’Essaion transformé en grenier pour la circonstance abrite tous les week-ends les mots de Musset dans un spectacle éblouissant où talent et pédagogie se lient pour un public qui accourt. Immanquable !

Tout est bon, à l’Essaion ! Du sol au plafond. De la cave au grenier. La cave, lieu du théâtre, qu’une sonnerie de portable ne peut même pas parasiter ! Le grenier, lieu théâtral, qu’abrite ladite cave sous les voûtes médiévales de laquelle, trois fois par semaine se jouent deux auteurs, Alfred de Musset et Isabelle Andréani. Evidemment, on connaît mieux le premier que la seconde.

Isabelle Andréani, afin de présenter le texte de Musset, qu’elle met en scène et interprète, a eu une idée aussi brillante qu’audacieuse : écrire un lever de rideau original et pédagogique qui présente Musset, ses œuvres, sa correspondance, préambule à la pièce « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée », trop courte pour justifier un spectacle à part entière.



La scène transformée en grenier, capharnaüm de papiers, notes, ébauches éparpillées dans tous les coins accueillent Léonid et Edouard, respectivement femme de chambre et cocher de monsieur de Musset. Tous deux savent lire, fait incongru sauf si l’on sait que leur maître, ardent défenseur de leur cause, peut très bien y avoir pourvu. Ils (re)découvrent des écrits, les lisent, les jouent le plus souvent car les connaissant sur le bout des doigts. La pièce « Il faut qu’une porte… » qu’ils maîtrisent parfaitement va leur donner l’occasion de la livrer au public…

Deux comédiens au top

Endossant respectivement le rôle de la Marquise et du Comte après ceux de la servante et du cocher, Isabelle Andréani et Xavier Lemaître passent avec une confondante aisance dans le registre du dramaturge. Ce texte court constitue l’un des joyaux du romantisme où les deux personnages livrent un modèle de dialogue autour de la déclaration d’amour. Entre mots que l’on voudrait dire mais qui restent coincés quand on est face à leur récipiendaire, silences si vite interprétés de travers, volonté guidée par la passion de faire mieux que quiconque ce que tout le monde a fait ou fera un jour (dire « Je vous aime »), c’est un écheveau de micro situations amoureuses que démêle Musset avec acuité et génie.

Entièrement au service de ce texte qui laisse sourdre quelques éléments très drôles, les deux comédiens font un sans faute. Xavier Lemaître dans la peau de l’amoureux transis, genre de hussard un peu balourd impose par son jeu tant que son physique une présence authentique sur cette scène qui prend des allures de tribunal ou de salle d’examens face à une Isabelle Andréani, toute en minauderies que précédent de tonitruants coups de gueule forcément déstabilisants. Le duo fonctionne à merveille et rend ainsi à plus d’un titre le plus bel hommage qui soit à cet éternel amoureux d’un autre siècle…

Franck BORTELLE (Paris)

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée
D’Alfred de Musset
Texte du lever de rideau « La clef du grenier d’Alfred » et mise en scène : Isabelle Andréani
Avec Isabelle Andréani et Xavier Lemaire
Lumières : François Eric Valentin

Théâtre Essaïon, 6 rue Pierre au Lard, 75004 Paris (Métro Rambuteau ou Hôtel de Ville)
Le vendredi et samedi à 20 heures et le dimanche à 18 heures (relâche exceptionnelle le vendredi 28 novembre)

Réservations au 01 42 78 46 42 ou reservation@essaion.com

Durée : 1h20

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

marie-france Vainguer 11/09/2009 18:39

Bonjour à vous !Avec mon mari, à Avignon,  nous avons beaucoup aimé "Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée" très judicieusement précédé d'un lever de rideau qui se fond admirablement avec la pièce de Musset. L'interprétation, toute en nuances , de ces deux acteurs est un vrai régal, pour ma part j'ai oublié que j'étais au théâtre. Comédiens amateurs , nous avons apposé leur affiche chez nous !Dites leur toute notre admiration ! Nous leur disons :à l'année prochaine à Avignon !Cordialement.Marie-France et Michel 

marie-france Vainguer 11/09/2009 18:39

Bonjour à vous !Avec mon mari, à Avignon,  nous avons beaucoup aimé "Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée" très judicieusement précédé d'un lever de rideau qui se fond admirablement avec la pièce de Musset. L'interprétation, toute en nuances , de ces deux acteurs est un vrai régal, pour ma part j'ai oublié que j'étais au théâtre. Comédiens amateurs , nous avons apposé leur affiche chez nous !Dites leur toute notre admiration ! Nous leur disons :à l'année prochaine à Avignon !Cordialement.Marie-France et Michel 

Chronique Fraîche