Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 10:00
UN UNIVERS TRÈS PERSONNEL

Les trilogies sont tendance. Il conviendra bientôt de faire le tri de ces triptyques, certains se révélant nettement plus intéressants que d'autres…

Même si les trois volets peuvent être vus séparément, ils forment un tout en même temps qu'ils symbolisent un parcours de vie. Après Ce qui est en train de se dire (2002) et Table des Matières (2005), voici Le Territoire,  avec pour seul et constant personnage (même dédoublé) : "la Fille".

Elle est "tout à la fois initiatrice et objet singulier d'un vécu tumultueux et polémique déployé dans l'ici et maintenant…". "Avec l'âge, les spectres de l'enfance ne sont plus les ambassadeurs d'un paradis perdu mais les féroces momies d'une ambition éteinte, en attente de leur liquidateur. A Héloïse désormais d'incarner la Fille en face de son double mortifère, Véronique"…  C’est un échantillon de ce "baroud oratoire qui est sa raison même de (sur)vivre". 

On l'aura compris, pour qui ne connaîtrait pas Martine Wijckaert - pionnière qui créa La Balsa, auteure, metteure en scène, comédienne -, il est prudent de se munir d'un décodeur car son œuvre n'est pas d'un abord facile pour le spectateur lambda. Ses porte-parole lui sont fidèles, particulièrement pour cette trilogie qui porte du reste les prénoms des deux comédiennes, Héloïse Jadoul et Véronique Dumont. L'une et l'autre ont été les interprètes des deux premiers volets.

Mais ne devrait-on pas dire porte-écriture tant celle-ci est importante, singulière et personnelle…?!

À des formulations quotidiennes voire triviales, sont mêlés des accents lyriques ; un certain esprit baroque, ghelderodien, n'est pas absent chez l'écrivaine, avec qui métaphores truculentes et néologismes précieux abondent. Deux monologues, un bref dialogue sont emportés par une scénographie aux effets choc. Pour l'un il s'agit, entre autres, d'une digression autour de l'électricité, d'où jeux avec la petite fée lumière ; pour l'autre d'un désir obsessionnel de chaise et de bon repas, d'où atterrissage fracassant depuis les cintres, d'une lourde table garnie. Quant au dialogue en forme de duel verbal, il crépite, les comédiennes n'étant pas avares de leurs voix et de leurs corps.
 
Un projet illustrant encore la volonté de Martine Wijckaert de partir de la parole de l'acteur exprimée spontanément, un riche terreau dont elle se sert pour son écriture dramatique.

Suzane VANINA (Bruxelles)
 

"Le Territoire"
Texte : Martine Wijckaert
Mise en scène : Martine Wijckaert, Astrid Howard 
Interprétation : Héloïse Jadoul, Véronique Dumont
Scénographie : Valérie Jung
Training vocal : Estelle Marion
Lumière : Stéphanie Daniel assistée de Nathalie Borlée
Décor sonore : Virginie Jortay
Costumes : Laurence Villerot, Odile Dubucq
Patines, sculptures : Béatrice Massinger, Hélène Kufferath, Carole Coté

Au Théâtre de La Balsamine du 24 septembre au 18 octobre 2008  (00 32(0)2.735.64.68 - www.balsamine.be)

Photos © Danielle Pierre


Partager cet article

Repost 0
Published by Suzanne VANINA - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche