Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 14:08

MORTEL !


Auteurs et interprètes de leur spectacle que met en scène Tristan Petitgirard (actuellement acteur dans « Noces de sable »), Agnès Doolaeghe et Bernard Mithieux déclinent la Camarde sous un jour mortellement drôle. C’est pétillant et diablement vivant.



Marc et Daphné, amis d’enfance, se retrouvent devant monsieur Saint-Pierre après un fatal coup de volant qui a aussi envoyé au tapis Pitou, un cycliste qui se trouvait malencontreusement sur la trajectoire du véhicule. L’heure du bilan a sonné, à l’issue duquel va se décider leur sort : enfer, paradis ou purgatoire ? Persuadés d’avoir tous deux été des modèles de vertu terrestre, ils repassent le film à l’envers et voient défiler enfance, adolescence, vie adulte, leurs amis, leurs amours, leurs engagements qu’ils croient philanthropiques et même leurs obsèques… Le questionnaire qu’ils ont  à renseigner va leur révéler une vie bien moins bien remplie que ledit document…



« Mourir, la belle affaire » (J.Brel)


Ce n’est pas tout de passer l’arme à gauche, faut-il encore savoir ce qu’on va bien pouvoir faire après. C’est sur ce postulat qu’Agnès Doolaeghe et Bernard Mithieux, sans s’embarrasser de bondieuseries et messages christiques ou iconoclastes ont échafaudé un dialogue divinement drôle. L’écriture, qui assume pleinement la référence à quelques aînés -Robin/Palmade et Semoun pour la forme, Vian ou Lubitsch pour le fond- est une désacralisation de la Faucheuse où la vie prend très largement le dessus. Le jugement dernier prend des allures de règlement de compte entre les protagonistes, chacun y allant de sa totale mauvaise foi pour faire infléchir son destin vers une éternité toute de paradisiaques aventures. C’est dans ces flash-backs que le spectacle atteint des sommets de drôlerie lorsque notamment Daphné, bonne bourgeoise BC-BG tente de faire croire à son voyage en Afrique pour aider les nécessiteux.


Même si le rythme tend à s’essouffler quelque peu vers la fin, ce duo fonctionne à mort. La mise en scène de Tristan Petitgirard dotée de l’énergie dévolue au genre mise complètement sur les comédiens, le décor se réduisant à deux chaises et les effets techniques à quelques éclairages d’ailleurs très pertinents. Bernard Mithieux excelle dans le rôle du macho sympa et un peu paumé. Mais il faut reconnaître que sa partenaire lui vole littéralement la vedette. Agnès Doolaeghe livre un jeu d’une maîtrise absolue, tant dans les déplacements que la voix. Ou plutôt les voix. En un peu plus d’une heure, elle effectue une de ces démonstrations bluffantes de ce qu’une comédienne est capable de faire. C’est presque un one-woman-show qu’elle nous offre, registre dans lequel elle ferait des miracles. Elle a la vie devant elle pour ça…


Franck BORTELLE (Paris)


C’est d’enfer

De et avec Agnès Doolaeghe et Bernard Mithieux

Mise en scène : Tristan Petitgirard

Théâtre Les Déchargeurs, 3 rue des Déchargeurs, 75001 Paris (Métro : Châtelet)

Jusqu’au 20 décembre, du mardi au samedi à 20 heures.

Réservations : 08 92 70 12 28

Durée : 1h20

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche