Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 10:24
OPÉRA CONTE, OPÉRA CIRQUE

Sur une île en bord d’Écosse vivent en autarcie des hommes en marge de toute civilisation. Ils ignorent le je et ne connaissent que le nous. Jusqu’à ce jour de 1930 où les autorités les chassent et les exilent.

Cette histoire vraie, si proche de la légende, Lew Bogdan et Iain Finlay Mac Leod l’ont transposée pour le théâtre. David Graham et Jean-Paul Dessy l’ont habillée en opéra grâce à leurs musiques. Cette fable montre à quel point déraciner des individus, à quel point imposer une civilisation de l’urbain et de la technologie provoquent un profond déséquilibre humain. Derrière elle, c’est une remise en question de l’imposition par l’Occident d’une civilisation de la compétition, de la propriété individuelle, de la performance à dépasser sans cesse.


Le spectacle est une réussite esthétique. Il mêle musique, chant, danse, acrobaties, parole, cinéma. La cohabitation entre images et acteurs renforce l'équivoque fondamentale qui relie le légendaire et une réalité historique, une fiction et un documentaire. Les éclairages aident intelligemment à susciter les climats de mystère, de rudesse, de pression des véhémences naturelles liés à la sauvagerie de l’île.

La volonté de prendre possession des lieux par Thierry Poquet transporte sans cesse les interprètes de la scène à la salle, des coulisses au plateau, du sol aux cintres. Le groupe ou les individus surgissent de partout pour affronter leur destin, tenter d’y échapper.

Jean-Paul Dessy s’est nourri de Bach, de Bowie, de Scelsi. Ses musiques sont parcourues de frémissements, de froissements, de trépidations. Elles ont quelque chose de cosmique et d’organique, des liens d’évidence avec les quatre éléments fondamentaux. Elles sont de ressac et d’embruns. Elles intègrent les forces intérieures du subconscient. Ici, le compositeur y a ajouté la pureté cristalline d’airs inspirés par le folklore gaélique, comme si le tragique avait pour contrepoint l’espérance, comme si le tempétueux se tempérait de lumineux.
 
Michel VOITURIER (Bruxelles)

St-Kilda, l’île des hommes-oiseaux
Historique : Tom Steel (« Saint Kilda, l’île hors du monde », Paris, Peuples du monde, 1992)
Textes : Iain Finlay Mac Leod
Mise en scène : Thierry Poquet
Distribution : Alyth McCormack (chanteuse gaélique), Alain Eloy (comédien), Christine Spranger (soprano), Maria Seminara (soprano), Samia Abderrahmani (mezzo), Sandra Nazé (mezzo), Denis Mignien (ténor), François Mulard (baryton), François Xhrouet (baryton), Daniel Ottevaere (basse)
Chef de chœur : Charles Michiels
Acrobates : Claire Nouteau, Cristobal Pereira, Loick Reiter
Musique : Jean-Paul Dessy, David Graham
Direction musicale : Jean-Paul Dessy
Musiciens : Ensemble Musiques Nouvelles (Sigrid Vandenbogaerde, Christophe Delporte, Thierry Berger, Kim Van Den Brempt, Louison Renault)
Dramaturgie : Didier Cousin, Thierry Poquet
Chorégraphie : Juha-Pekka Marsalo
Lumière : Guy Simard
Costumes : Alexandra Charles
Idée et concept : Lew Bogdan
Réalisation du film : Iain Finlay Mac Leod, Thierry Poquet
Danse sur les falaises : Cie Retouramont

Coproduction : manège.mons/Musiques Nouvelles/Eolie Songe

Au théâtre Le Manège de Mons, les 19, 20 et 21 novembre 2008
En tournée : le 28 novembre 2008 à MC2 (Grenoble)

Photo © Christian Mathieu

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Bryan 09/11/2012 12:55


De la musique inspirée par Saint kilda, je serais très curieux de l'entendre.

Chronique Fraîche