Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 10:52
SANS DEMESURE

La mise en scène de Jean-Yves Ruf est astucieuse mais sage. La deuxième partie éclairent plus vivement les questions de société, le pouvoir des politiques et le poids de la morale.

De l'ouest de la capitale, allez vers l'est, à Bobigny. La MC93 présente «Mesure pour mesure ». Un Shakespeare, ici dans une nouvelle traduction d'André Markowicz (texte aux éditions Les Solitaires Intempestifs) qui interroge encore le pouvoir et ses limites, qu'il soit politique ou religieux. Mais qui s'éloigne des champs de batailles pour plus tournicoter autour des âmes, leurs faiblesses et leurs forces.


L'affaire se passe à Vienne. Le Duc s'interroge sur son  pouvoir de vie et de mort sur son peuple et la morale qui s'y développe. Il décide de se retirer des affaires, de disparaître et délègue son autorité au seigneur Angelo. Qui, malgré ce nom, se montre  dans ses jugements sur la conduite des habitants de la ville, beaucoup moins ange que diable.

La mise en scène de Jean-Yves Ruf fait particulièrement bien entendre un texte pas toujours simple, et éclaire une intrigue pleine de rebondissements parfois tirés par les cheveux. La scénographie (Laure Pichat) est astucieuse, permettant à un même décor d'être à la fois le dedans ou le dehors d'un palais, une prison ou un cloître, etc.

Reste que la première partie manque de rythme alors que la seconde s'emballe pour le mieux. Surtout cette confrontation entre le moine (le duc déguisé - Jérôme Derre, excellent dans le rôle) et Angelo devenu un tyran moralisateur intégriste (Eric Ruf, sociétaire de la Comédie Française impeccable ici dans sa roideur). On peut regretter l'absence de démesure. La première image -deux hommes pissent dans un bassin- reste finalement anecdotique. Cette touche un peu trash s'efface vite au profit du « joli » à la française. Chez nos voisins des bords du Rhin, la provoc tient autrement la route.


Jean-Pierre BOURCIER (Paris)

 

« Mesure pour mesure » jusqu'au 2 décembre à la MC93 Bobigny, 1 bd Lénine 93000 Bobigny/BP 71- 93002 Bobigny Cedex.

Texte : traduction André Markowicz (Les Solitaires Intempestifs)
Mise en scène de Jean-Yves Ruf.
Scénographie de Laure Pichat.
Costumes de Claudia Jenatsch.
Lumière de Christian Dubet
Son de Jean-Damien Ratel
Avec notamment Eric Ruf, Jérôme Derre, Laetitia Dosch.

Coproduction MC93, Théâtre de Vidy-Lausanne, Le Chat Borgne Théâtre, Maison de la Culture d'Amiens, Le Maillon-Théâtre de Strasbourg.
Réservations : 01 41 60 72 72 et www.mc93.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre BOURCIER - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche