Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 11:21
LA MENAGERE APPRIVOISEE…


L’univers du petit écran sur scène… et en chansons. Télé Stige et la chaîne Show 7 se livrent une guerre fratricide dans la course à l’audimat où tous les croche-pattes sont permis.

Tous les moyens sont bons pour séduire la ménagère de moins de cinquante ans et réprimer sa furieuse envie de zapper. Un zeste de paillettes, un brin de people, un soupçon d’images racoleuses, une bonne dose d’émotions brutes… Plus le cocktail est sucré et riche en additifs artificiels, plus l’audience monte et fait tourner la tête des deux producteurs…


Les ingrédients sont bons pour faire une comédie musicale relevée sur l’univers frelaté de la télé et ses obsessions de l'audimat. Un trio de ménagères rythme l’espérance de vie des deux chaînes et jouent avec les nerfs des deux producteurs véreux. Messieurs Stige et Chaussette brandissent leurs animateurs vedettes dans l’arène de l’audimat.

Mais le sondage de Christiane Serpentin, directrice de l’institut Médiatrop est formel. Si Violette de chez Show 7, explose l’audience, Etienne Poule, le poulain de Stige, fait un bide. Qu’à cela ne tienne, petites manigances et grosses magouilles saupoudrées de chassés-croisés provoquent de nombreuses surprises.

Une histoire pas  très cathodique…

Le mot Audimat sonne tellement bien qu'il est physiquement sur la scène en lettres géantes servant de décor. Une ménagère s’installe dans le U, les animateurs grimpent sur le M (normal quand on s’aime), les lettres sont parfois mélangées sans qu’on oublie jamais le sens premier de la télé : faire de l’audience.

Tancrède, qui a flirté de près avec le Paf, présente une comédie de mœurs plutôt réussie. Aidé de son frère Fabrice Lemhan, il nous offre des textes pertinents et souvent drôles, servis sur des mélodies entraînantes. Ambiance jazzy et chorégraphies à la « Cats ». Et quel plaisir de retrouver Amala Landré dans le rôle de Violette (elle nous avait ébloui dans « Rutabaga Swing ») et Sinan Bertrand (l’irrésistible Lullaby du « Cabaret des hommes perdus »), dans le rôle d’Etienne. Un duo rafraîchissant qui rattrape parfois le côté un peu caricatural des personnages.

 
Ange LISE (Paris)

 

Audimat »
De Tancrède et Fabrice Lehman 
Mise en scène : Stéphan Druet
Chorégraphie : Alma de Villalobos
Avec Frédéric Norbert, François Briault, Valérie Zaccomer, Alice Decelle, Sinan Bertrand, Amala Landré, Alma de Villalobos, Laurie May, Cécile Nodie
Décors de Gilles Jauffret
Costumes d’Elisabeth de Sauverzac
Lumières de Nicolas Dallier

Au théâtre Le Trianon, 80, boulevard Rochechouart,   75018  Paris

Jusqu’au 29 novembre. Reprise du 23 au 30 décembre, du mardi au samedi à 20h30, les dimanches à 17 heures.

Location : 01 44 92 78 04

Partager cet article

Repost 0
Published by Ange LISE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Paulo 28/12/2008 13:14

DECEVANT !!! Je lis par ci par là qu'Audimat a fait un démarrage triomphal : quelque peu exagéré à mon avis mais bon. Dire qu'Audimat est une bonne comédie musicale est difficilement crédible : on nous promet sur l'affiche de la passion : il n'y en a aucune ; l'histoire d'amour entre Etienne et Violette, on y croit pas une seconde... Mr Slige devrait ne pas dépenser tant d'énergie à danser mais plutôt à jouer. Le changement des décors par les comédiens c'est insupportable sans parler des chorégraphies qui manquent cruellement d'énergie et quelques peu répétitives et pour moi le pompon de tout ceci : la bande son !! Une comédie musicale sans orchestre live et bien c'est impossible !! C'est comme un opéra avec une bande son : impensable !! Evidemment qu'un orchestre coute cher mais faire une bonne comédie musicale et bien çà coute cher aussi... et il faut s'en donner les moyens. Et je ne parle pas de petits détails ou gros détails de musique, de texte et de jeu d'acteur ou d'accessoires comme Mr Chaussette qui répond à son téléphone alors qu'on ne l'entend pas sonner... Bref ... il y a encore beaucoup de travail à effectuer ; d'ailleurs la salle n'était pas pleine loin de là ; un peu étonnant pour un samedi soir même pendant les vacances. Bon courage !!

Chronique Fraîche