Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 11:33

NOCES BARBANTES


Une comédie musicale ni drôle ni originale sur le plan mélodique, des chanteurs qui savent chanter mais jouent comme des seringues, un scénario plutôt astucieux mais sacrifié sur l’autel de la vulgarité d’un dialogue débile, tel est le cocktail nauséeux qui attend le spectateur. Au secours !


Le jour de son mariage, Alex hésite, persuadé que son déterminisme génétique rendra sa promise malheureuse. Pour se faire assister dans ce dilemme, il convoque sa mère défunte et sa fille pas encore née mais qui deviendra mère à son tour. Mais finalement, il convolera en justes noces avec le grand amour de sa vie.



En dépit d’un fond archi rebattu (la panique du futur marié et son entourage trop prévenant et qui ne fait qu’accroître  son malaise), le scénario de ce spectacle réserve quelques originalités et rebondissements, de l’état fantomatique de la mère aux affrontements intergénérationnels en passant par l’absurde de certaines situations. Avoir voulu mettre tout cela sous la forme d’une comédie musicale ne s’avère en revanche pas la plus élégante des trouvailles car c’est là que le bât va sérieusement blesser.


Avec l’obscénité en prime


Musicalement, ce sont de sirupeuses mélopées qui dégoulinent de la bouche des chanteurs (vocalement doués, pourtant), avec des accords très souvent piqués chez Michel Berger. Les textes oscillent ici entre débilité profonde et obscénité, dignes des pires spectacles musicaux qui déferlent sur le show-biz depuis des années. Longueur de pénis et propos philosophiques à deux balles truffés de grossièretés dont même TF1 ne voudrait pas, voilà ce qui attend le spectateur. Ajoutés à tout cela, des chanteurs qui ne sont pas du tout dans leur élément dès qu’il s’agit de jouer, à commencer par Camille Turlot qui prouve en une heure et demie qu’il est aussi mauvais comédien qu’auteur, puisqu’il a aussi commis cet ersatz de comédie musicale à l’anglo-saxonne.


La mièvrerie du propos, l’effroyable indigence textuelle finissent d’achever cette apologie du mariage aussi improbable que grotesque. Les spectateurs ne sont guère à la noce, souvent préférant s’éclipser avant la fin (ce fut le cas ce 23 novembre, en tout cas) ou s’endormir sur les moelleux fauteuils du théâtre 12 en attendant que finissent d’en découdre ces artistes qui, pour la plupart, mériteraient mieux que cette démonstration de laideur.


Franck BORTELLE (Paris)



Epouse-moi !

Comédie musicale de Camille Turlot et Eric Szerman

Livret et paroles : Camille Turlot

Musique : Eric Szerman

Mise en scène : Patrick Alluin assisté de Caroline Poncet

Costumes : Alain Blanchot assisté de Guillaume Villette

Lumières : Eric Charansol

Avec Camille Turlot, Isabelle Turschwell, Nathalie Macé ,Virginie Bracq et Cyril Barbessol au piano

Théâtre 12, 6 rue Maurice-Ravel, 75012 Paris (Métro : Porte Dorée ou Porte de Vincennes)

Réservations : 01 44 75 60 31 ou 08 20 81 11 11

Du 13 novembre au 14 décembre, du jeudi au samedi à 20h30 et le dimanche à 17 heures

Durée : 1h25

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche