Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 18:28
PERFORMANCE PLUS QUE DANSE

Charmatz offre son travail corporel nourri de textes dits par Jeanne Balibar en vénération à Tatsumi Hijikata (1928-1986). Plus qu’un ballet, c’est une relation entre des mots et des actes, entre des cultures et une époque.
Né en réaction contre la tradition dansée japonaise, le butô est l’expression de la danse contemporaine au Japon. Elle est forcément ancrée dans une culture dissemblable à la nôtre. En trouver une transposition européenne, tel semble le propos de Boris Charmatz.

Sa « Danseuse malade » relève avant tout de la performance. Elle en appelle à une technologie considérable qui envahit la scène : casque explosant sur une tête dans le noir du début, camionnette électrique dont les déplacements ne cessent guère de parcourir le plateau, captation vidéo en direct projetée sur les parois du véhicule.


Les textes de Tatsumi Hijikata, dits ou scandés par Jeanne Balibar, sont bourrés de fantasmes à propos de la mort, de la maladie, du handicap, de la violence, d’enfermement, de la pulsion de la tension du corps en tant que présence intérieure et confrontation au monde. Charmatz a tenté de la sorte de rendre hommage au fondateur du butô, laissant la danse aux écrits et les tâtonnements au danseur.

Pas facile d’encaisser ces litanies de phrases qui charrient humour noir, cruauté, délires, provocations. Pas évident de communier avec le danseur qui met son corps à la merci de films plastiques collants, d’un chien agressif, des cahots et des soubresauts d’une bagnole-cellule qui le malmène. Pas sûr qu’il y ait vraiment émotion troquée avec le public. Mais certains y verront peut-être des reflets de torture et de terrorisme, d’aspiration au vide et à l’extrême, d’impitoyable régression face à l’envahissement des technologies, des solitudes profondes dans un désert humain. Peut-être…

Michel VOITURIER (Lille)

Vu à la Rose des Vents de Villeneuve d’Ascq le 28 novembre 2008 à l’occasion du festival eurométropole Next 001 ()
En tournée : le 3 décembre au Singel, 25 Desguinlei  à Anvers (00 32 (0)3 248 28 28 - www.desingel.be )

Textes: Tatsumi Hijikata (traduction Patrick Devos)                                                                  
Chorégraphie: Boris Charmatz   
Interprétation : Jeanne Balibar, Boris Charmatz                                                                                                                                                                                        Lumière : Yves Godin                                                                                                                      Conception décor : Alexandre Diaz/Artefact                                                                                                   Direction technique : Frédéric Vannieuwenhuyse  
Son : Olivier Renouf                                                                                                                          Maître chien : Jean-Philippe Varin
Production: Edna                                                                                                                                                     Co-production : Théâtre de la Ville (Paris), Festival d’Automne (Paris), Centre national de danse contemporaine (Angers), Nouveau Théâtre d’Angers, La Ménagerie de Verre (Paris), de Singel (Anvers)
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche