Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 17:25
SUBLIME HÉROÏNE

On les a découverts dans On ne badine pas avec l’amour, créé en 2006 par Philippe Faure, on les retrouve aujourd’hui dans Thérèse Raquin, toujours aux côtés du directeur et metteur en scène du Théâtre de la Croix-Rousse : Anne Comte et Marc Voisin, éblouissants de justesse, servent ce drame avec une remarquable authenticité.

Elevée par sa tante et mariée à son souffreteux cousin Camille, la jeune Thérèse passe les jours dans un troublant mutisme, apparat silencieux couvrant une dévorante passion interne. L’objet de ce brûlant désir se nomme Laurent, ami d’enfance de Camille, nouvellement employé aux chemins de fer. Zola nous livre une passion charnelle et destructrice où le langage des corps anéantit le cérébral, libère les instincts et mène alors aux plus douloureux ravages. Le meurtre de Camille et l’union officielle de Thérèse et Laurent, loin de consolider cet amour, conduit ces deux âmes damnées aux portes de l’enfer. L’apparente acceptation des conséquences de leur désir cache mal le désordre organique des deux amants, véritable traduction corporelle de leurs remords.


Une interprétation époustouflante et instinctive

Comme pour ses précédentes créations, Philippe Faure choisit de s’attaquer à une oeuvre sombre et cruelle, dont l’auteur parle en ces termes : “J'ai voulu étudier des tempéraments et non des caractères (…) J'ai choisi des personnages souverainement dominés par leurs nerfs et leur sang, dépourvus de libre arbitre, entraînés à chaque acte de leur vie par les fatalités de leur chair”. Accueillie à l’époque de Zola par une critique acerbe et indignée, l’oeuvre alors taxée d’obscène et de dépravée se trouve aujourd’hui saluée par une mise en scène qui en a restitué la puissance, la profondeur et la complexité.

Les personnages évoluent au sein d’un décor naturaliste, minutieusement orchestré pour donner sens à cette fiévreuse relation, pour rendre palpable l’indicible tension. Les corps sont enrobés par la lumière, tantôt crue comme le réel, tantôt voilée et sombre comme le cauchemar et se trouvent ainsi simultanément réunis et séparés, se faisant tour à tour présence muette ou absence envahissante. Servi par la sobriété et la subtilité scénographique, le texte de Zola n’aurait cependant pu revêtir telle force sans la fabuleuse interprétation des comédiens. On constate la maturité acquise par les deux jeunes acteurs depuis On ne badine pas avec l’amour où déjà leurs amours tourmentées avaient su nous séduire. On les redécouvre ici plus convaincants encore, délestés de leur touchante innocence, habités d’une violence et d’une avidité nouvelles dans un jeu tout en nuances. Les mots de la fin iront tout particulièrement à Anne Comte, sublime Thérèse Raquin, brûlante, sensible, désespérée, cruelle, dont la prestation ne peut que laisser coi.

Anne CARRON (Lyon)


Thérèse Raquin, d’Emile Zola
Adaptation et mise en scène de Philippe Faure, assisté d’Emmanuel Robin
Scénographie et costumes : Alain Batifoulier
Création lumière : David Debrinay
Musique originale : Raphaël Vuillard
Avec Claire Cathy, Anne Comte, Jean-Claude Martin, Gilles Olen, Marc Voisin et la voix de Jean-Marc Avocat

Production Théâtre de la Crois-Rousse, Scène nationale de Lyon

Du 21 au 29 novembre et du 9 au 19 décembre 2008
Place Joannès Ambre 69317 Lyon cedex 04
Billetterie : 04 72 07 49 49 / www.croix-rousse.com

 
En tournée : Bonlieu/Scène nationale d’Annecy les 7 et 8 janvier 09, Théâtre des Salins/Scène nationale de Martigues les 29 et 30 janvier 09, Théâtre national de Nice du 4 au 6 février 09, Espace Malraux/Scène nationale de Chambéry les 24 et 26 février 09, Théâtre de l’Ouest Parisien/Boulogne-Billancourt du 7 au 10 mars 09, Théâtre d’Angoulême/Scène nationale les 17 et 18 mars 09, Comédie de Picardie/Amiens les 24 et 29 mars 09, Maison des arts de Thonon-Evian les 19 et 20 mai 09.


Photo © Bruno Amsellem

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne CARRON - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche