Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 15:20
POUR COMBLER LES TROUS NOIRS DE LA MEMOIRE

En présence de l’auteur Laurence Sendrowicz, «Les Cerises au Kirsch » ont ouvert la nouvelle saison de « Lectures en scène » du Ring Théâtre à Avignon. Ces lectures bénéficient du partenariat de Beaumarchais et de la S.A.C.D. Elles nous font découvrir chaque saison des œuvres souvent inédites d’auteurs connus ou non, en leur présence. Des soirées et rencontres toujours bienvenues et souvent passionnantes…

Mickaël, 17 ans (Raphaël Poli, excellent) tente de faire revivre les événements et les personnages d’une saga familiale marquée par les cicatrices de la « solution finale » dans une mémoire collective tapissée de trous noirs. Opération délicate. Le grand-père, alors âgé de dix ans, en fut le seul rescapé. La mère – sa belle-fille – ne sait plus rien faire d’autre que pleurer sur cette « béance » inacceptable, impossible à combler… Elle est ici le personnage central, le pivot, l’axe même de cette évocation en forme de puzzle. Mickaël, lui, veut échapper à ce sentiment irrémédiable de culpabilité générale. Il remplit alors sa vie de tous les projets qui passent… Etudier la chimie,  par exemple, ne serait-ce pas un possible mode de conjuration, un chemin improbable pour retrouver le sens peut-être à jamais perdu d’une vie désormais dépourvue de transcendance ?...

Une œuvre subtile et forte 

« Les Cerises au Kirsch » - équivalentes ici de la madeleine de Proust – slalome sans cesse du présent au passé pour effectuer très vite des retours incessants au présent et à nouveau repartir vers le passé. L’unique comédien – c’était le souhait de l’auteur – donne à lui tout seul alternativement vie et présence à tous les personnages morts ou vivants. Pour le spectateur/auditeur, il est parfois difficile de ne pas décrocher parfois quelque peu son attention. Heureusement, les interventions périodiques du metteur en scène invité, Jean-Luc Paliès, en esquissant des mises en espace possibles, ont tôt fait de remettre de l’ordre et du sens dans tout cela. L’écriture de Laurence Sendrowicz est riche, subtile et forte à la fois. Une œuvre dont on ne peut sortir intact.

Henri LEPINE (Avignon)

« Les Cerises au Kirsch » de Laurence Sendrowicz
Lecture par Raphaël Poli en présence de l’auteur
Metteur en scène invité : Jean-Luc Paliès

Le Ring Théâtre, jeudi 15 novembre 2008 à 20 h 30

Partager cet article

Repost 0
Published by Henri LEPINE - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche