Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 18:19
MUSSET NOTRE CONTEMPORAIN…

Dans cette oeuvre composite où Alfred de Musset laisse plus qu’entrevoir des réminiscences thématiques propres à Shakespeare, Marivaux ou Hoffmann, Fantasio  est par excellence le héros romantique. Tout comme l’Octave des Caprices de Marianne et Lorenzaccio dont il est un petit cousin ès théâtre…Et c’est précisément parce qu’il est ainsi caractérisé et à ce point  daté  qu’il n’en  peut que mieux passer ici pour notre contemporain… Paradoxe faussement  trompeur qui a sans doute incité Gérard Gelas à tenter le pari de monter ce spectacle avec la complicité active de Christophe Alévêque…

Fantasio, jeune bourgeois de Munich, est une sorte de S.D.F. (sans destinée fixe !) qui vit dans l’instant présent  de l’air du temps et des bons vins du Rhin… Poursuivi par ses créanciers, il se réfugie à la cour du Roi de Bavière en prenant la place de Saint Jean, le bouffon qui vient de mourir…  Le Roi de Bavière est un personnage à la Poutine à qui ses sbires apportent régulièrement des mallettes remplies de billets de banque… Pour garantir la paix, le Roi veut donner sa fille, la princesse Elsbeth en mariage au Prince de Mantoue, un parfait benêt qui, venant à la cour, pousse l’imbécilité jusqu’à se faire passer (oh Marivaux !)   pour l’un de ses propres suivants avec qui il a changé de costume….


Fantasio rencontre la princesse, sorte de Carla B-S blafarde  en format réduit qui passe son temps à s’éclater en fumant le narguilé dans sa chambre en compagnie de sa gouvernante.   Pour éviter à la princesse un mariage ridicule, Fantasio ridiculise le Prince de Mantoue en lui enlevant sa perruque. Emprisonné, il sera délivré par la princesse et, ses dettes payées, plutôt que de conserver sa place de bouffon, préfèrera retrouver sa situation antérieure.

Une mise en scène dynamique et chargée de sens…

Ce qui séduit tout d’abord dès le début du spectacle, c’est la scénographie de Daniel Jassogne. Des éléments scéniques à la  Buren striés de lignes verticales… Des costumes presque intemporels à force d’être chronologiquement neutres… Les éclairages font le reste.  La mise en scène dynamique et la direction d’acteurs précise confèrent au spectacle une belle et sobre homogénéité. Dans le rôle titre, Christophe Alévêque se révèle excellent comédien. Il a cette fausse nonchalance gouailleuse, ces intonations et une musicalité  de la voix tout à fait propres à mettre en valeur le texte de Musset, son sens aigüe du dialogue et des réparties. 


Pour mieux inscrire ce personnage de faux bouffon dans notre époque, Christophe Alévêque abandonne à deux ou trois reprises le personnage de Fantasio pour redevenir lui-même, soit le caricaturiste virulent des vrais et sinistres bouffons qui nous gouvernent… Ces parenthèses plus ou moins bien venues car elles brisent quelque peu le rythme sont très bien accueillies par le public qui en oublie alors un peu trop Musset… En revanche, la dernière improvisation qui clôt le spectacle et où Fantasio/Alévêque vitupère contre le Roi de Bavière lui-même, substitut théâtral de tous les puissants d’aujourd’hui,   s’inscrit  dans la progression dramatique avec beaucoup plus de force et de pertinence.

Belle présence scénique du reste de la troupe et notamment, subtile référence à l’univers fantastique hoffmannien, à Jacques Durbec, comédien-mime, qui prête sa silhouette au fantôme de Saint-Jean.

Henri LEPINE (Avignon)


Fantasio, comédie fantaisiste en deux actes et quelques improvisations actuelles, d’après Alfred de Musset.

Mise en scène et lumières : Gérard Gelas
Assistante à la mise en scène : Léa Coulanges
Scénographie, décor et costumes de Daniel Jassogne
Avec Christophe Alévêque, Emmanuelle Brunschwig, Léa Coulanges, Emmanuel Drap, Jacques Durbec, Guillaume Lanson, Damien Rémy, François Santucci, Henri Talau.

Production Chêne Noir.

Théâtre du Chêne Noir, 8Bis, rue Ste Catherine, 84000 Avignon. Du 14 novembre au 7 décembre 2008. Locations au 04 90 82 40 57. www.chenenoir.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Henri LEPINE - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche