Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 00:04
LE MASSIF GOMBROWICZ

Alors qu'on fête le quarantième anniversaire de la mort de Witold Gombrowicz, Sopie Perez et Xavier Boussiron créent Gombrowiczshow, pièce à la folie débridée. Une singulière mise en lumière de l'œuvre de l'auteur, dans une revue où le lyrisme côtoie la mélancolie.

Gombrowiczshow, en un seul mot. Nouvelle création des deux trublions Sophie Perez et Xavier Boussiron, ce spectacle propose une plongée dans l'univers du brillant romancier et dramaturge polonais Witold Gombrowicz. Mais connaissant Perez et Boussiron, n'espérez pas de leur part un quelconque hommage. Comme ils l'expliquent, il ne « s'agit pas de prendre ni d'inspecter Gombrowicz, mais bien de récupérer chez lui ce qui semble nous appartenir, pour nous en débarrasser ». Foin de cérémonies commémoratives ou d'odes au poète, Gombrowiczshow s'apparente ainsi plus à une revue, cabaret-foutoir polonais dans lequel on trouve pêle-mêle clichés liés à l'homme, à la Pologne dont il est originaire, extraits de textes, et dérision assumée.


Considéré aujourd'hui comme un monument littéraire, Gombrowicz est l'auteur de quatre romans (dont le Transatlantique, la Pornographie), d'un recueil de contes, d'un journal et de pièces de théâtre. Ses pièces ont toutes la particularité d'introduire une réflexion sur la forme elle-même, Gombrowicz travaillant la parodie. Tandis qu'Yvonne princesse de Bourgogne joue subtilement avec le genre de la comédie de salon, le Mariage joue avec la tragédie shakespearienne et l'Opérette avec le drame historique. C'est, entre autres, ce versant parodique de la « montagne-Gombro » que les deux concepteurs du spectacle abordent de front.

L’autodérision en maîtresse absolue

Et « ça » déborde de partout. Après une ouverture de music-hall tout autant grinçante que grotesque où les comédiens lancent saluts, piques personnelles en enfilant postiches et perruques, le rideau s'ouvre. Une imposante roche – la fin du massif des Carpates - occupe en grande partie la scène, avec devant elle la table et le trône du roi. Dans cet espace plutôt loufoque, des situations absurdes travaillant le dérisoire jusqu'à son apogée côtoient des extraits de textes de Gombrowicz. Farce, humour de potache, chants d'opéras, répétitions de scènes... Nous sommes dans une revue où la poésie succède au graveleux sans aucune véritable hiérarchisation, l'autodérision menant définitivement la danse.

Mais cette dislocation radicale de l'œuvre de Combrowicz ne bafoue pas pour autant l'héritage et la beauté de sa langue. Derrière l'insolence de la mise en scène c'est une vie qui se déploie et les différents textes et « numéros » nous baladent à travers une pluralité d'émotions. Ainsi le long texte final, témoignage de la femme de Gombrowicz, s'il est poussé à l'extrémité parodique de sa situation – lumières tamisées, musique au piano – résonne avec une justesse et une émotion réelles.

Comme bien souvent chez Pérez et Boussiron, on sort de là troublé. Si certains choix peuvent apparaître vains, d'autres profondément drôles ou touchants, la radicalité assumée est dans l'ensemble plutôt rafraîchissante. Et, derrière la convocation des procédés du cabaret, certains « numéros » propagent un trouble certain, dépassant le pur divertissement.

Caroline CHÂTELET (Paris)

 

Gombrowiczshow

conception: Sophie Perez et Xavier Boussiron
textes: Witold Gombrowicz, Sophie Perez, Xavier Boussiron
scénographie: Sophie Perez et Xavier Boussiron
costumes: Sophie Perez et Corine Petitpierre
musique: Xavier Boussiron
images et régie générale: Laurent Friquet
régie lumière: Jérôme Delporte
son: Sébastien Villeroy
régie plateau: Anne Wagner dit Reinhardt
Avec Gilles Gaston-Dreyfus, Françoise Klein, Sophie Lenoir, Stéphane Roger, Marlène Saldana et les musiciens Xavier Boussiron, Marie-Pierre Brébant
production Compagnie du Zerep / Les Subsistances, Lyon / Théâtre National de Chaillot / Nouveau Théâtre d’Angers, Centre Dramatique National des Pays de la Loire / CNDC Centre national de danse contemporaine, Angers / Centre National de création et de diffusion culturelles de Châteauvallon, Arcadi


Théâtre national de Chaillot, salle Gémier
1 Place du Trocadéro, 75116 Paris

du 22 novembre au 6 décembre 2008, 20h30 - relâche lundi ainsi que le 30 novembre

renseignements : 01.53.65.30.00., www.theatre-chaillot.fr

tarifs : 27,5€ plein tarif, 21€ tarif réduit, 12€ tarif jeune

Photo © Laurent Friquet

Partager cet article

Repost 0
Published by Caroline CHATELET - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche