Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 19:25
À PARTIR DU RÉCIT DE DEUX MAL AIMÉS, UN SPECTACLE-CADEAU POUR  VOYANTS ET MALVOYANTS : "Tête à claques" (Bruxelles)

Carrière étonnante pour cet excellent spectacle primitivement étiqueté "jeune public" et salué unanimement comme LA révélation lors du rendez-vous annuel (Huy) des compagnies dites pour l'Enfance et la Jeunesse ! (www.ruedutheatre.info/article-11977232.html) Depuis, il a beaucoup circulé et le voilà maintenant accueilli dans la cour des grands, en passe de devenir un spectacle-culte , mais aussi objet d'une expérience pilote d'audiodescription en Belgique.


Alors que le public pénètre dans la salle, programme à la main, le spectateur malvoyant ou aveugle, muni d'écouteurs-récepteurs, reçoit dès son entrée, toutes les explications détaillées sur l'ambiance générale, la scène avec son décor visible, les intentions de l'auteur, du metteur en scène, la psychologie et les noms des acteurs-manipulateurs, qui arpentent déjà le plateau. Le spectacle commencé, il sera décrit, entre les répliques, "ni trop, ni trop peu, juste bien", par d'autres comédiens, de l'ombre ceux-là, installés en régie. Deux comédiennes en l'occurrence qui, chacune séparément, ont préalablement vu la pièce, pris des notes, et rédigé une sorte de "conduite" très particulière et bien étudiée, du "sur mesure".


Les "audiodescripteurs" entendent ne pas interférer dans un spectacle mais apporter les informations nécessaires de manière à suppléer, compléter, comme sait fort bien le faire, la grande imagination des déficients visuels. Paradoxe : "plus c'est visuel et mieux c'est",  remarquent-ils, car une pièce verbeuse avec acteur jouant tous les rôles, ne sera guère facile à "audio-décrire" étant donné que l'ambition n'est pas de simplement "décrire", mais de faire ressentir tout ce qui fait la richesse d'un spectacle.
 
Il y avait déjà les salles équipées de casques auditifs, l'accessibilité aux personnes subissant un handicap, le surtitrage en plusieurs langues… On peut espérer que d'autres progrès (technologiques notamment) permettront de faire tomber les barrières, rendant le théâtre accessible à tous sans exception.

Suzane VANINA (Bruxelles)

Le projet d'audiodescription théâtrale est un partenariat ABCD/ONA/Fonds Elia – autre spectacle concerné au TN : "Dialogue d'un chien sur la nécessité de mordre ses amis" de J.M.Piemme les 20 et 28  décembre. D'autres projets sont en développement ailleurs en Belgique pour 2009.

Les 21 et 22 novembre 2008 au Théâtre National – Tél :+32(02)203.41.55 info@theatrenational.bewww.theatrenational.be

Coproduction : Les Ateliers de la Colline/Théâtre National 
Texte et mise en scène : Jean Lambert (éd. Lansman)
Interprétation : Quantin Meert et François Sauveur
Manipulation : les mêmes & Virginie Gardin

Photo © Lou Hérion



Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans Actualités & coulisses
commenter cet article

commentaires

liomain 29/05/2009 12:39

BonjourC'est une bonne chose que l'audiodescription se développe. Depuis 2002  je décris des pièces de théâtre au sein de mon association. Une simple suggestion : l'déal pour bien travailler est de filmer la pièce lors d'un filage, d'avoir le texte des répliques sous word, de visionner la pièce après l'avoir copiée sur une cassette ou un dvd. Cela permet de voir la pièce comme un film sur un poste de télévision et suivre en même temps le texte sur son ordinateur ainsi les temps de pauses sont mieux repérés et on insère les descriptions directement dans le texte. Prendre des notes, c'est bien mais en plus il faut avoir une bonne mémoire. Il est important que tout soit écrit pour savoir à quel moment l'audiodescripteur intervient. Le direct est meilleur que l'enregistrement car cela permet de s'adapter au jeu des comédiens et à l'ambiance de la pièce.Bonne continuation

Chronique Fraîche