Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 00:59
BON SANG DE BONSOIR DE SACRÉ NOM DE DIEU

Un mélange d’arts et de techniques fort divers composent un spectacle hétéroclite qui tient de la performance, du théâtre, de la danse, des variétés. Une parodie éclatée de l’emprise des gourous, stars, vedettes sur la masse consommatrice.

La mise en scène est nonchalante. Les comédiens disent mollement un texte en donnant l’impression qu’ils n’y croient pas. Ils ne témoignent guère d’engagement physique dans l’expression de la parole, comme si l’énergie du corps était indépendante de la fonction langagière de ses organes vocaux. Ils jouent souvent dos au public et comme ils ne se donnent pas toujours la peine d’articuler, bien des répliques deviennent inaudibles. Ils laissent fréquemment une voix off (la leur, enregistrée) dire les phrases à leur place.


Que reste-t-il ? Essentiellement une idée dont on pouvait assurément attendre bien plus que cette représentation étirée en longueur, bourrée d’intentions confuses. Intéressant en soi, en effet, un sujet qui prend le mythe du Christ pour en faire un personnage postmoderne de pseudo-science fiction : séduisant surfeur sportif, chanteur adulé, ressuscité d’un coma profond, politicien en mal de pouvoir, gourou manipulateur.

Autour, une demi-douzaine d’écrans de téléviseurs lancent des images. Elles sont contrepoint de l’action. Elles récusent l’illustration au profit de l’évocation. Ce sont ces vidéos réalisées par Déranlot et Herrault et que l’auteur du texte qualifie assez justement de « post-dadaïstes trash ». Elles ont un intérêt inhérent à leur forme et ont un don de provocation. Elles permettent aussi au spectateur de se distraire lorsqu’il en a assez de ne pas entendre les phrases, de ne pas s’y retrouver au milieu des sauts spatio-temporels de l’histoire.

Michel VOITURIER (Lille)


Vu les 9 et 10 décembre 2008 à l’Espace Pier Paolo Pasolini de Valenciennes à l’occasion du festival eurométropole Next 001 ( www.eurfestival.com )


Fils de D
Texte : Franck Meyrous
Adaptation : Xavier Déranlot
Distribution : Xavier Déranlot, Julien Herrault, Enora Malagré, Jean-Luc Vincent
Lumières : Sophie Lepoutre
Musique : Dan Artus
Création, vidéo : Xavier Déranlot, Julien Herrault


Coproduction : Cie FANADEEP / Paris – Théâtre national de Bretagne /Rennes - Centre de Création Numérique Le Cube Issy les Moulineaux - Espace Pasolini /Valenciennes - Cie Astrakan Daniel Larrieu - la Chartreuse/Villeneuve Lez Avignon

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche