Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 01:14

ECHANGES ET MAUVAIS PROCEDES

 

A force de transactions maladroites, Jean finit par perdre tous ses biens. La compagnie du Centre dramatique de La Courneuve s’attache à souligner toute l’ironie du texte de Brecht, parfois un peu trop. Un excès de zèle qui n’empêchera pas d’apprécier cette pièce amère et encore mystérieuse, bien servie par une galerie de comédiens attachants.

 

Jean est un bienheureux. Le ciel, changeant mais toujours beau, le soleil, les amis, même faux, tout cela le contente et suffit à son bonheur. Propriétaire fermier et époux de la douce Jeanne, Jean finira pourtant seul, le nez dans le ruisseau, physiquement dégradé mais le cœur en joie de pouvoir contempler le ciel étoilé.


Cette pièce « neuve » de Bertold Brecht a été découverte il y a une dizaine d’années seulement et est restée inachevée, le jeune auteur s’attelant alors, en 1919, à la rédaction de Baal. Qu’aurait donc dû être la fin de Jean La Chance ? Il est vraisemblable de penser que le calvaire de Jean ne se serait pas arrêté là tant Brecht s’était fait un main plaisir à tourmenter son pauvre personnage, incapable de dire non à tous ceux qui ont essayé de le dépouiller de ses biens. Il y eut d’abord Jeanne, enlevée par le rusé Monsieur Feili en échange du bonheur de sa femme, puis sa ferme, échangée contre deux carrioles de marchands, puis la carriole qui n’avait pas été volée par un soi-disant ami contre un carrousel, puis le carrousel contre Jeanne enceinte… Jean est-il comme un martyr s’abandonnant aux crocs des lions afin de se rapprocher de la révélation divine, ou bien est-il simplement un idiot incapable de voir qu’on le manipule ? La mise en scène de Elisabeth Hölzle fait pencher la balance du côté d’un Jean benêt.


Rats de laboratoires

Ou plutôt d’un Jean La Chance virginal, comme le blanc de son costume, exempt de toute pensée mauvaise et exposé par une main invisible à la cruauté des hommes, comme pour une expérience. La démarche et la diction mécanique de la plupart des personnages vont dans ce sens. Jean, surtout, ressemble à une marionnette, un gendarme qui se laisse battre par Guignol et en redemande. Le décor même ressemble à une table de jeu, d’expérience. Un imposant plateau est posé sur la scène, permettant apparitions et disparitions des personnages sur un axe vertical. La dimension maléfique des individus croisés par Jean pour son malheur est par là renforcée ainsi que l’importance du ciel dans la pièce (figuré par une vidéo-projection), source d’émerveillement continuel pour Jean et de méfiance pour Brecht.

Si la scénographie de Loïc Loeiz Hamon est travaillée et bien utilisée par la mise en mouvements de Elisabeth Hölzl, le choix de renforcer l’effet de distanciation des spectateurs avec la pièce laisse sceptique. L’ironie amère du texte de Brecht est suffisamment puissante pour que l’on ait pas à en rajouter – qui voudrait en effet s’identifier à un personnage comme Jean ? La mécanisation des mouvements et la création d’un personnage, sorte de Mme Loyale en charge de certaines didascalies, semblent alors inutiles.

 

Morgan LE MOULLAC (Paris)


Jean La Chance

De Bertold Brecht

Mise en scène de Elisabeth Hölzle

Décors et costumes de Loïc Loeiz Hamon

Création lumières et régie de Julien Barbazin

Avec : Marc Allgeyer, Damiène Giraud, Maria Gomez, Marion Lécrivain, Stéphanie Liesenfeld, Jean-François Maenner, Jean-Luc Mathevet, Laure Mathis, Jean-Pierre Rouvellat, Grégoire Tachnakian.


Jusqu’au 14 décembre 2008 au Centre culturel de La Courneuve, mercredi, vendredi, samedi à 20h30, jeudi à 19h, dimanche à 16h30.

11, avenue du Général Leclerc, 93120 La Courneuve

Réservations au 01 48 36 11 44

Crédit photo : Loïc Loeiz Hamon

Partager cet article

Repost 0
Published by Morgan LE MOULLAC - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche