Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 01:39

LE MIME CAOUTCHOUC

 

Bravo pour le mime ! Devenu une star dans son domaine bien au-delà des frontières de sa Pologne natale, Krosny a crispé les zygomatiques à deux reprises au cours du Festival du Rire. Etonnamment doué avec son corps, il développe aussi des numéros d’une irrésistible drôlerie. On en reste muet d’admiration.

 

Gabin chantait « La Môme caoutchouc » dans les années 30. Krosy sera lui le mime caoutchouc des années 2000, titre fantasque qui pourtant colle à la peau de ce virtuose à l’hallucinante souplesse maîtrisant le moindre de ses muscles, même –et  surtout- ceux que le commun des mortels sollicite sans les connaître.



Le spectacle se découpe en courtes saynètes présentées, bilinguisme helvétique obligeant, en allemand et français au moyen de cartons, à la manière des intertitres des films muets des années vingt. Mais, pour poursuivre la comparaison avec le 7ème art, nous naviguons plus dans l’univers de Chaplin que celui de Murnau.

 

C’est en effet la drôlerie qui domine. Que ce soit avec le personnage (hilarant) du chirurgien déroulant de l’intestin grêle au mètre ou du chef d’orchestre jouant facétieusement avec le public pour le faire participer au « Beau Danube bleu » de Strauss, le mime joue sur la double corde, forcément sensible, de la redoutable efficacité visuelle et de l’humour. Doublement génial, le clown muet ne se prend jamais au sérieux, faisant oublier la somme considérable de travail que suppose cet art de la précision du geste et de l’effet qu’il produit.



Chevalier bouffon et sa prétendante, coq devenu vieux, ados boutonneux aux prises avec son hamburger dégoulinant, petit employé reçu à dîner chez son patron dont la fille a des velléités musicales massacrantes et un chien envahissant, le delta scénaristique est large et épouse parfaitement celui de la performance scénique. Dans son collant noir d’une autre époque et simple T-shirt assorti, le visage dépourvu du moindre grimage (les mimiques faciales se suffisant largement à elles-mêmes), Krosny déclenche des rafales de rires venus de tous les âges et tous les horizons. Un rire fédérateur, transfrontalier, œcuménique et qui s’affranchit de toutes les barrières, douanières et autres. Bravo !

Franck BORTELLE (Paris)

 

Krosny

Vu dans le cadre du Festival du Rire de Montreux au théâtre de Vevey

Durée : 1h10

En tournée internationale.

www.krosny.pl


Photos : Franck BORTELLE

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans Actualités & coulisses
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche