Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 11:35
CHANGER POUR AGIR SUR L’AVENIR

Après le succès de ce spectacle à Avignon en 2007, en voici une nouvelle version avec des comédiens belges. Le message reste identique : comment construire aujourd’hui une gauche neuve pour un autre fonctionnement politique.

Ce spectacle est avant tout une démonstration de ce que ne permet pas la télévision. C’est une leçon de réflexion, un débat d’idées qui prend le temps d’aller au fond des choses. Juste le contraire des émissions où les animateurs interrompent sans cesse leurs invités, où les invités trop nombreux se coupent la parole, où personne n’a vraiment le temps de dire la substance de sa pensée.


Depuis le rêve de l’utopie marxiste d’une révolution débouchant sur une société de bien être pour tous, combien de discours et d’événements ont coulé sur l’histoire. Des dérives staliniennes à la chute du mur de Berlin, de la croyance en un libéralisme libérateur à la crise économique du début du XXIe siècle, de la décolonisation aux terrorismes nationalistes et religieux, de l’Occident triomphant à un Orient en pleine expansion, d’une foi dans le progrès à la pollution généralisée…, le monde est devenu autre.

Tout est remis en cause. La correspondance échangée par Vittorio Foa, Miriam Mafai et Alfredo Reichlin est un travail d’interrogations, une tentative de réponses. C’est une démarche d’individus, sensibles, nourris des enthousiasmes engagés de leur jeunesse, déçus ou plutôt en désarroi face aux mutations de société. Ils transmettent une humanité pour qui réfléchir et agir sont deux composants existentiels.

Le constat en découle qui montre qu’il est urgent pour tous, pour les progressistes en particulier, de changer de manière de penser, de cesser de s’enliser dans des pensées de jadis, de bannir les querelles de personnes pour retrouver un cheminement collectif au service de la cité plutôt qu’une course au pouvoir.

Jean-Pierre Vincent a mis en scène trois comédiens belges (Patrizia Berti, Christian Crahay, François Sikivie) pour cette nouvelle version du spectacle. Il les fait jouer dans la simplicité d’une sorte de lecture, dans la sincérité d’un face à face avec le public, sans didactisme, mais en devenant la voix et la présence corporelle d’idées à défendre. L’attention des spectateurs prouve que le choix était judicieux.

Michel VOITURIER (Lille)

Programmé par le Théâtre du Nord dans sa salle L’Idéal, rue des Champs à Tourcoing, du 10 au 19 décembre 2008 ( www.theatredunord.fr )

En tournée : à Bruxelles, au Théâtre Le Public, 64-70 rue Braemt du 6 au 31 janvier 2009 (0800 944 944 – www.theatrelepublic.be ) ; à Charleroi, à l’Eden, 1-3 boulevard jacques Bertrand du 17 au 21 février (071 31 12 12 – www.pba-eden.be )

Le Silence des communistes
Texte : Vittorio Foa, Miriam Mafai, Alfredo Reichlin (éd. L’Arche, 2007)
D’après la version scénique de Luca Ronconi (Turin 2006)
Mise en espace, adaptation : Jean-Pierre Vincent
Distribution : Patrizia Berti, Christian Crahay, François Sikivie
Dramaturgie : Bernard Chartreux
Lumière : Patrick Ortéga
Assistante à la mise en scène : Marine Haulot

Production : Théâtre de Namur [B]

Photo © Guy Focant

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche