Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 15:48

Vice comique de fabrication


Peut-on rire de tout ? Non, il ne s’agit pas d’un sujet de bac, juste une question qui s’impose à la vision de Kebab.com. Humour potache, blagues à deux balles et réparties de bas étage… Un spectacle oubliable et contournable, à rater absolument.

 

Le pitch, qui tient du théâtre de boulevard, est pourtant relativement séduisant. Pascal vient d’emménager à Barbès dans un petit studio minable. Son père, producteur de cinéma, débarque à l’improviste (à ne pas confondre avec « Alain Proviste », voir explications plus bas), accompagné de sa nouvelle épouse, Carole. C’est sans compter sur l’arrivée de Franck, vendeur de kebabs, et de Patricia, qu’il a draguée pour Pascal sur le net. La soirée doit alors s’improviser autour d’un plat de raviolis en boîtes, entre quiproquos et révélations.

Voilà pour ce que dit le dossier de presse.

 

Force est de constater que ce spectacle est à mourir de rire, si l’on en croit en tout cas les spectateurs présents dans la salle. Un doute s’installe : une contre-pièce invisible serait-elle en train de se jouer dans un monde parallèle ? « Alain Proviste » - entre tant d’autres qu’on a préféré oublier - est-il un jeu de mot digne de crampes abdominales provoquées par un fou rire retentissant ? Des gaz hilarants sont-ils savamment dispersés dans la petite salle du Guichet Montparnasse ?


Aïe, aïe, aïe et aïe


Selon la théorie de Bergson, le rire n’est autre que de la mécanique plaquée sur du vivant. C’est ça : le rire est mécanique, suranné, comme automatique. Rire pour rire. On est en plein dans la théorie béhavioriste du conditionnement : un stimulus (une blague sans esprit) appelle une réponse attendue (un gloussement incompréhensible). Les éclats des spectateurs ne semblent rien d’autre que des réactions médicalisées, émises sans recul, provoquées machinalement et artificiellement par des blagues cousues de fil blanc et tellement entendues qu’on peine à croire qu’elles fassent l’objet d’un spectacle en 2008. Il est également possible que nous soyons très exigeants. Mais tout de même.


Franck Buresi, auteur et metteur en scène, a d’après nos sources recherché ses comédiens jusqu’à la dernière minute. Peut-être aurait-il dû en faire autant pour son texte.


Faustine AMORE (Paris)


Kebab.com

Texte et mise en scène : Paul Buresi, assisté d’Antoinette Bounine-Cabalé

Interprétation : Eric Belkheir (Franck), Brigitte Lo Cicero (Patricia), Pierre Marthos (Pascal), Olivia Gotanègre (Cécile), Francis Lacotte (Alexandre), Delphine Brosset (Carole)

Décor : Thierry Daire

Production : Paul Burési et Valérie Roumanoff (D.F.Q.M. Productions)


Au Guichet Montparnasse du 5 novembre au 10 janvier 2009

15 rue du Maine, 75014 Paris

Partager cet article

Repost 0
Published by Faustine AMORE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

PATRICK 05/01/2009 10:08

ET LE RESPECT DU PUBLIC DANS TOUT çaune salle qui aime et qui se marre, sans doute une erreur ou le public n'a pas la culture de la journaliste donnant un avis personnel et pas représentatif du toutça de l'information ?????????PLUTOT UN REGLEMENT DE COMPTE

Chronique Fraîche