Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 16:16
ENTRE LA GRANDE ET UNE "TOUTE PETITE" HISTOIRE

Du terrible et magnifique récit en direct d'une conférence catastrophique qui avait pourtant bien commencé dans un décor type : table, rétroprojecteur, baguette, assistant zélé qui non seulement vérifie le matos mais passe le balai, conférencière en sobre tenue et lourd cartable.

Le spectateur va être constamment ballotté par des imprévus de toutes sortes. Malgré tous les rebonds de la conférencière, privée de dias adéquates, de lumière ; malgré les interventions intempestives d'un assistant devenu personnage multiple autant qu'énigmatique, il va falloir, comme Coralie, se raccrocher aux grands principes et lignes du thème de la conférence : "reproduction - conservation - régulation".


Ces principes vont singulièrement passer de la théorie au cas de figure, soit la propre vie de la conférencière, déballée au grand jour…avec ses "origines", à elle, origines d'un mal-être refoulé. En lieu et place d'exemples puisés dans la nature pour illustrer les fameux grands principes à développer, ce sont les traumas vécus durant l'enfance dans une "toute petite famille", qui vont resurgir.

Ses tentatives de revenir à la "rigueur scientifique" , se feront de plus en plus difficilement et le dévoilement, au propre et au figuré, des pulsions et des secrets les plus cachés, comme la poursuite jusqu'au-boutiste d'une logique insensée, aboutira à une fin dramatique. De fil en aiguille, de dérapage en dérapage, Coralie en arrivera à vouloir expliquer l'inexplicable ce qui causera sa perte, quand elle poursuivra jusqu’au vertige un raisonnement poussé à l'extrême, à toute allure : "la vie ne serait que de la  mort avec des crasses dedans", rien de plus qu'une simple parenthèse tout à fait négligeable…
 
Thomas Gunzig, éternel adolescent moqueur, et les savants

L'un des auteurs (romans, nouvelles) les plus doués de sa génération s'est acquis une solide réputation de joyeux iconoclaste. Il n'aime rien tant que railler les cuistres, leurs affirmations péremptoires et définitives. Il manie l'humour noir avec délectation et talent !  Après avoir apporté une "modeste contribution à une "sous-culture" (un genre malfamé, "les slashers", avec son roman "10.000 litres d'horreur pure"), le voilà qui nous fait le coup (en le renouvelant drôlement !) de la conférence sérieuse qui se déglingue, et la surprise de "faire le comédien". Muet, certes, mais combien éloquent !

Pour l'épauler dans ses nouveaux tributs à la culture, il a pour complice Isabelle Wéry, comédienne d'abord, auteure à ses heures. Pareille à elle-même, elle traverse magistralement les embûches du style si personnel d'un Gunzig qui a su, pour la première fois, s'insinuer dans le je, la peau d'une femme. Tous deux s'étant soumis au "regard polymorphe" du metteur en scène Michel D'Hoop, forment un duo inattendu, original, accrochant. Un environnement scénique à caractère surréaliste accentue la sensation d'avoir été plongé dans un rêve éveillé…

Suzane VANINA (Bruxelles)

"Les origines de la vie"
Texte : Thomas Gunzig
Mise en scène, interprétation : Isabelle Wéry et Thomas Gunzig
Œil extérieur : Jean-Michel D'Hoop
Scénographie : Olivier Wiame
Univers sonore : Marc Doutrepont
Lumière : Xavier Lauwers

Du 12 au 27 décembre 2008 au Théâtre de Poche – (+32(0)2.649.17.27 – www.poche.be)

Photos © Stéphanie Jassogne



Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche