Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

21 mars 2005 1 21 /03 /mars /2005 00:00

RACLER LA DOULEUR JUSQU’À L’OS

Grand et terrible souvenir que ce Lambeaux, aux Trois Pilats ! Décidément, Pascal Papini a du flair pour orpailler les pépites. Quand on pense que ce lieu artistique risque la mort à chaque instant, faute de subventions injectées dans ce corps moribond… « Avignon, ville de culture », pourtant, croit-on savoir. Foutaises !

Lambeaux est le récit autobiographique d’un ancien « taiseux » de la campagne, Charles Juliet. Il y évoque sa mère, qu’il n’a pas connue et qui lui ressemble tant. Cette mère magnifique et massacrée. Cette mère si belle de sa soif de savoir, qui a dû « quitter l’école et n’y jamais revenir ». Cette mère qui a subi « une souffrance qui a pourri jusqu’à la pulpe de son âme ».



Au début du spectacle, j’ai eu peur, tant le jeu d’Anne de Boissy me paraissait froid, métallique, inhabité. Je me trompais : c’était pour mieux tenir en respect le pathos facile qui pouvait sourdre de cette histoire terrifiante. Au contraire, la comédienne racée, le visage émacié par la souffrance des autres, racle la douleur jusqu’à l’os, toise les déchirures du cœur grâce à son jeu d’une sobriété hautaine. Elle ausculte le moindre frémissement de l’âme de sa voix coupante, d’une précision chirurgicale, d’une diction parfaite. Comme si elle brûlait par la glace du texte, consumée par le verbe incandescent que charrie Charles Juliet.

Quand la comédienne raconte la fin de cette femme, morte de faim à 38 ans, après huit ans d’enfermement abusif dans un hôpital psychiatrique, je me suis écroulé, brisé par l’émotion « blanche » que transpire Anne de Boissy. •


Lambeaux, de Charles Juliet
Nouveau Théâtre du Huitième
22, rue du Commandant-Pégout • 69008 Lyon
Tél. : 04 78 78 33 30 – Télécopie : 04 78 78 07 04
Portable : 06 81 88 45 35
Site : www.nth8.com
Courriel : production@nth8.com
Mise en scène : Sylvie Mongin-Algan
Avec : Anne de Boissy
Théâtre des Trois-Pilats, 18, place des Trois-Pilats • Avignon
Tél. : 04 90 85 67 74
Courriel : lestroispilats@wanadoo.fr
Les 18 mars et 19 mars 2005 à 21 heures

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Chroniques 2005-06
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche