Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 09:46
ŒIL POUR ŒIL, MORT POUR MORT

Inspirée par la trame d’une nouvelle de Maupassant, la pièce de Pourveur met en huis clos une mère dont le fils est engagé dans la guerre et un occupant installé dans sa maison. Confrontation conflictuelle, sous le poids de peurs réciproques.

La guerre est sans doute l’évolution extrême des tensions antagonistes régnant entre les êtres. C’est ainsi que le texte, l’interprétation et la mise en scène s’articulent autour de divergences posées dès le départ. L’hôtesse malgré elle, femme mûre, est autochtone blanche, mère de famille veuve ; l’occupant, à peine 21 ans, est étranger noir, célibataire.


L’environnement même souligne les confrontations. La femme est sensible aux musiques folkloriques traditionnelles de son pays. L’homme vit au temps des musiques électro. La salle où se déroule l’action est à l’ancienne alors que le soldat est lié aux technologies contemporaines. Quant au public, il est face à face avec lui-même de chaque côté du plateau.

Ces contraires sont amplifiées par une double présence qui pourrait aussi s’interpréter comme étant le flux contradictoire des pensées hantant le jeune militaire. D’un côté, la copine sensée l’attendre au pays dès la fin des hostilités ; de l’autre, un personnage ambigu, musicien, raisonneur, polémologue d’occasion dissertant sur l’évolution des luttes armées à travers l’histoire et sur leur utilité.

Du terrorisme au pacifisme

Tout se joue sur des tensions. La peur d’être tués de l’une comme de l’autre des personnages clés engendre méfiance, agressivité, rancœur, provocations. Les idées inculquées de part et d’autre par les propagandes protectionnistes nourrissent les doutes. La cohabitation provoque par contre de fugaces rapprochements, quelques brefs échanges d’émotions.

À travers les dialogues réels ou virtuels du quatuor, ce sont les problèmes de l’engagement politique et sentimental, des idéologies nationalistes ou extrémistes, de la violence en général et de la loi du talion en particulier, de la mitoyenneté pluriculturelle, de la découverte d’autrui… Ces axes de réflexion sont soutenus par la retenue bouillonnante de Patricia Goemaere, la simplicité torturée de Marc Zinga ainsi que par la désinvolture volontaire de Marie Sottiaux et le cynisme caricaturé de Marc Malempré, par ailleurs joueur de cornemuse et de violon.

 Michel VOITURIER (Bruxelles)

Vu dans les Écuries du Théâtre de l’Ancre à Charleroi du 19 au 21 janvier 2009

La Mère Sauvage
Texte : Paul Pourveur (d’après Maupassant)
Mise en scène : Jean-Michel Van den Eeyden
Interprétation : Patricia Goemaere, Marc Malempré, Marie Sottiaux, Marc Zinga
Dramaturgie : Michel Van Loo
Assistanat et travail physique : Anne-Cécile Massoni, Natacha Nicora
Recherche dramaturgique : Gérard de Selys
Création sonore : Marc Malempré et Maxime Bodson
Scénographie : Sarah de Battice
Régie : Pascal Dethier, Marcel Maus, Florent Baugnée Photo

Production : Théâtre de la Guimbarde.
Coproduction : Maison de la Culture de Tournai - Théâtre de l’Envol de Viry-Châtillon. Avec le soutien du Festival de Liège et de Théâtre & Publics.

En tournée : du 5 au 7 février 2009 au Théâtre de la Place à Liège (Festival de Liège) (04 221 10 00 – www.festivaldemiege.be ) ; du 31 mars au 2 avril à la Maison de la Culture de Tournai ( 069 25 30 80 – www.maisonculturetournai.com ); fin août aux Rencontres du Théâtre Jeune Public à Huy


Photo © Danièle Pierre

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche