Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 17:12
JEUNESSE EN PERDITION

Alors qu’Ödön Von Horváth interrogeait son époque, Coline Struyf signe une deuxième création qui secoue la nôtre. À travers l’adaptation du roman de 1938 et une mise en scène riche en silences, images poétiques et déplacements rythmés, elle dresse le portrait d’une jeunesse en mal de repères, qui se réfugie dans les idéologies destructrices annonçant le nazisme.

Le fils se présente à nous. Il est droit, fier de s’être trouvé une identité dans l’armée, heureux d’échapper à l’exemple de son père, homme juste asservi dans un café. La pièce commence doucement, nous laissant le temps de pénétrer dans ce monologue intérieur, de nous habituer aux multiples métamorphoses des acteurs, pour retrouver le fils blessé au cours d’un combat.


Les scènes se répètent, les mots deviennent cassants, les baisers se volent sur un air de désespoir. Le fils passe de l’exaltation à la fureur nostalgique, tandis que son orgueil l’empêche d’aimer simplement et d’accepter la vie misérable que la société propose. Ne lui reste qu’une image de bonheur fugace pour avancer bercé par le rêve : celle d’une fille dans la lumière, à l’entrée d’une fête foraine. Une illusion avant la fin pleine de crime et de mort dérisoires.

Un univers noir et ultra-contemporain

Le spectacle vit de la justesse des cinq comédiens, qui transcendent leurs rôles et rendent leurs personnages aussi fous que réalistes. Tous explorent des sentiments extrêmes, et nous sommes étonnés d’y croire.

Si la scénographie est simpliste, les costumes sont recherchés, et le mariage entre vidéo, son et lumière est – pour une fois au théâtre – bien réussi. Tout a sa place, les visions nous marquent, l’éphémère prend son temps…Une heure trente pour innover et confirmer des talents. À voir de toute urgence, pour que notre jeunesse ne finisse pas congelée sur un banc, insensible à l’histoire, manipulée par des discours faciles.

Julie LEMAIRE (Bruxelles)

Du 20 au 31 janvier à 20h30 sauf les mercredis à 19h30 (Relâche les dimanches et lundis) au théâtre Océan Nord, 63/65 rue Vandeweyer, 1030 Bruxelles (02 216 75 55 -www.oceannord.org. )

Un fils de notre temps
Texte : Ödön Von Horváth
Adaptation et mise en scène : Coline Struyf assistée d’ Emilie Maquest
Distribution : Philippe Grand’Henry, Vincent Hennebicq, Mathilde Lefèvre, Aline Mahaux et Luc Schiltz:
Son : Brice Cannavo
Lumière : Colin Legras
Costumes : Claire Farah
Vidéo : Thomas Matauko
Décor : Olivia Mortier

Production : LULU Cie/ Maried Asbl

Partager cet article

Repost 0
Published by Julie LEMAIRE - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche