Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 23:31
DANS LES COULISSES DE L'EMPIRE

Entre amour(s) et raison d'état : l'histoire d'un trio de hauts personnages déchirés par leurs sentiments est fort simple et  - bien qu'un peu aménagée par Racine…- elle appartient à l'Histoire, la grande.

Cela se passe "au temps des Romains" et nous verrons Bérénice, reine de Palestine, aimée d'Antiochus, roi de Comagène, mais aussi de Titus, tout récent empereur de Rome. Alors qu'ils s'aiment tous deux depuis cinq ans, Titus ne peut l'épouser comme elle l'espère car Rome exclut les mariages mixtes…:"Il ne s'agit plus de vivre, il faut régner".


Après les tourments des passions, une grande et belle figure de femme va émerger à la fin de la pièce, donnant une formidable leçon de véritable amour, de générosité, ou de sacrifice selon les sensibilités de chacun. Lourde tâche donc pour la jeune comédienne qu'est Anne-Pascale Clairembourg. Elle s'en tire avec honneur, au point que l'on s'attachera davantage à son sort qu'à celui des deux rivaux : Antiochus/Itsik Elbaz, et Titus/Vincent Bonillo.

On pourra trouver qu'ils manquent singulièrement de carrure ou penser que la direction d'acteurs, due à Philippe Sireuil, a voulu les montrer davantage faibles, velléitaires, humains et proches plutôt qu'appartenant aux puissants de ce monde. De l'entourage gris de confidents et conseillers, ressort Paulin/Philippe Morand dont le rappel à l'Ordre, aux fonctions étatiques, est plus affirmé. Plutôt qu'à une vraie tragédie au sens courant, c'est bien à un drame sentimental qu'on assiste.
 
Cris et chuchotements, peu de passion

La mise en scène s'est inspirée des paroles de Duras : "le vent du divin souffle dans les grandes forêts de Racine" et entend mettre l'accent sur "l'exaltation de nos musiques intimes" en pariant de nous toucher en laissant place aux seuls sentiments, débarrassés des apparats.

Costumes sobres et élégants dans un camaïeu de tons "terre chaude". Parti pris de scénographie où les lieux de l'action sont intemporels : un fond de scène reçoit les portraits géants des trois héros, avant de se diluer peu à peu et aboutir à une séquence de fuite, de renoncement ; un décor décalé dont le mur (symbolique ?) côté jardin recueille tous les pleurs, les effondrements, tel une épaule compatissante, systématisme prévisible et lassant.

Une épure… pour atteindre les seuls sentiments et laisser pantelants, littéralement par terre à la fin, de simples jeunes gens. Après le triomphe du "Misanthrope"de Molière, (en reprise au TN encore) dans la version de Sireuil, on s'avoue quelque peu déçus par sa vision racinienne. Peut-être "en un lieu plus discret", une salle plus petite, un plateau plus proche, l'ambiance feutrée aurait-elle mieux réussi à nous émouvoir ?

Suzane VANINA (Bruxelles)

Du 21 janvier au 21 février 2009, 20 h 15 (sauf Lu, Di : 16 h, Ma : 19 h)  (32 (0)2.223.32.08  – www.theatredesmartyrs.be )

Bérénice
Texte : Jean Racine (1670)
Mise en scène, lumière : Philippe Sireuil assisté de Christelle Alexandre
Collaboration musicale : Edwige Baily, David Quertignez
Interprétation : Vincent Bonillo, Pierange Buondelmonte, Anne-Pascale Clairembourg, Itsik Elbaz, Aurore Fattier, Philippe Morand, Renaud Van Camp
Décor : Vincent Lemaire
Vidéo : Benoît Gillet
Costumes : Catherine Somers
Maquillages, coiffures, perruques : Catherine Friedland


Production : Cie La Servante
Coproduction : Théâtre de Carouge/Atelier de Genève/Théâtre de la Place des Martyrs

Photo © Danièle Pierre

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche