Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 23:34
RYTHMER DES RÊVES DE GLOIRE

Ce n’est pas une chanson d’amour. Ni une comédie musicale. Ni un opéra. Ni un ballet, pas davantage qu’une pièce de théâtre ou un récital de variétés. Alors, c’est quoi ? C’est tout cela simultanément en un objet théâtral non identifié aux allures expérimentales.

Un plateau en noir et blanc. Une projection de diapositives en noir et blanc. Des costumes blanc et noir, avec parfois la touche colorée d’un accessoire. Et des tas d’allusions au bon vieux cinéma noir et blanc. Tout mise sur l’opposition, la dualité, l’antagonisme.


Au milieu de ce décor, qui imite aussi bien un salon qu’une loge de comédien, deux femmes et un homme chanteurs-danseurs, un musicien. Là vont se succéder des chorégraphies agrémentées de chansons. La trame, qui apparaît dans les paroles des couplets, qui transparaît à travers gestes et attitudes, c’est l’aspiration à passer du statut d’individu anonyme à celui de vedette adulée.

Mais Alain Buffard se complaît dans la richesse de sens que recouvre l’ambiguïté. S’agit-il de femmes frustrées rêvant inlassablement de devenir idoles du public ? S’agit-il au contraire d’anciennes gloires cultivant obsessionnellement la nostalgie d’une gloire passée ? La présence d’un fan, élément essentiel du trio d’interprètes, n’éclaire en rien l'équivoque. Il s’avère tout aussi bien incarner le manipulateur qui fait croire que le but est atteint ou le mélancolique qui compatit au sort de celles qu’il a adora autrefois.

Cette représentation est bourrée d’énergie. Les danses caracolent. Les corps sont tendus et les gestes nerveux. Toute une potentialité de vie charnelle éclate à chaque mouvement. Les voix dynamisent les chansons (heureusement surtitrées en français) empruntées tant à Kurt Weill qu’à Lou Reed, Iggy Pop ou Nina Simone… Il y a là un plaisir évident qui se partage entre danseurs, musicien et public.

La performance est convaincante. Reste qu’une fois passé le plaisir du spectateur, la question se pose de l’intérêt d’une telle démarche. Un peu comme une bulle de savon, faite d’une beauté éphémère dont plus grand-chose ne demeure une fois qu’elle a éclaté.

Michel VOITURIER (Lille)

(Not) a Love Song
Conception  et  scénographie  :  Alain  Buffard
Distribution : Miguel  Gutierrez,  Vera  Mantero,  Claudia  Triozzi,  et  Vincent  Ségal
Adaptation  musicale :  Vincent Ségal
Lumière :  Yves  Godin
Costumes : Yohji  Yamamoto  et  Casey-Vidalenc (Miguel  Gutierrez),   Chanel (Vera  Mantero) , Christian  Lacroix (Claudia  Triozzi),  Casey-Vidalenc (Vincent  Ségal )
Réalisation des fauteuils : Claire Vaysse

Production : PI:ES
Coproduction : Festival  Montpellier  Danse  2007,  Festival  d'Automne à Paris,
Les  Spectacles  vivants  -  Centre  Pompidou,  Centre  chorégraphique  national de
Montpellier  Languedoc-Roussillon  -  programme ReRc,  Centre  de  Développement
Chorégraphique  de  Toulouse  Midi-Pyrénées,  L'échangeur  ­  Fère en  Tardenois,  Tanzquartier  -  Vienne


Photo  ©  Marc  Domage


En tournée : le 6  février au Bateau  Feu  ­  Dunkerque  (F) ; le 21  février au Merlan  ­  Marseille  (F) ; le 24  février au Théâtre ­  Nîmes  (F) ; le 27  février à  La  Passerelle  ­  St  Brieuc  (F) ; le 21  mars au CNCDC  Châteauvallon  ­  Ollioules  (F) ; du 26 au  28  mars au Pavillon  Noir,  Ballet  Preljocaj  ­  Aix-en-Provence  (F) ; les 2 et 3 mai au Centro Cultural de Belém ­  Lisbonne (Pr)

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche