Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 21:54

TAIS-TOI ET CHANTE !


Deux virtuoses incontestables occupent la scène des Bouffes Parisiens dans un récital qui est malheureusement plombé par un livret qui accumule des calembours calamiteux. On frôle l’indigestion. Dommage que le génie côtoie aussi dangereusement le grotesque.

Le laïus qui sert d’ouverture donne le ton : il s’agira tout au long de ce récital d’accommoder l’opéra à la cuisine. Vaste projet plus idoine que jamais quand les lieux qui l’accueillent s’appellent les Bouffes Parisiens. Pour persiller le propos, le maître de cérémonie ne va pas rater un seul calembour, entre « voix qu’on sert tôt » et autres « trois choux de la musique classique » (comprenez « Schuman, Schubert et Choupin » : c’est à se pisser dessus, n’est-il pas ?). Débités à la mitraillette, ces jeux de mots idiots, dont le plus tâcheron des animateurs de TF1 ne voudrait pas, vont revenir régulièrement entre deux numéros chantés ou instrumentaux qui heureusement nivellent le show par le haut, le très haut.


Une incontestable virtuosité pianistique


En effet, dès qu’il se tait pour jouer, Peter Hens, accompagné d’Yves Gourmeur, Pierrot lunaire d’une drôlerie irrésistible, fait un sans faute (même si la présence du micro semble superflue…). Les numéros exceptionnels de virtuosité pianistique que tous deux livrent à quatre mains sont salués de déferlantes d’applaudissements largement mérités. Enchaînant Saint-Preux et Dassin, Vangelis et le groupe Europe (le fameux « Final Countdown ») ou réunissant deux grands Michel dans une même harmonie (Legrand et Berger), ils exécutent sans la moindre anicroche et avec une étourdissante facilité des medleys de haute volée. Au violoncelle, Hens qui fait parler son instrument ou en joue mal divinement bien pour un sketch génial d’examen de fin de première année, est grandiose. « Tico tico », « Le Boléro » de Ravel, « Inspecteur Gadget », « Les Brigades du Tigre », tout y passe. Michael Jackson épouse Françoise Hardy dans une alchimie mélodique impressionnante. Un sketch médiéval bourré d’anachronismes plie la salle en deux.


Mais bon sang, que ces interventions parlées sont pénibles ! Qui s’est occupé d’écrire de telles inepties qui, outrage absolu, vont jusqu’à plomber certains morceaux chantés car le texte réécrit n’est pas drôle. Forcer le rire à ce point finit par le détruire alors qu’il suffisait de laisser ces numéros de duettistes au si fort potentiel comique visuel atteindre leur plein rendement, en toute simplicité. Cet avatar d’un show qui aurait pu être exceptionnel fait se côtoyer bien malgré lui le génie et le grotesque et surtout le déjà entendu qu’illustre notamment ce besoin de rajouter une couche sur les affres présidentielles et de sa chanteuse-épouse. Tout cela est fort dommage car voilà un spectacle qu’on aimerait adorer mais qui agace au lieu de séduire.


Franck BORTELLE (Paris)


La Framboise frivole, « Furioso »

Conçu par Peter Hens avec la complicité de Bart van Caenegem, Yves Gourmeur et Jean-Louis Rassinfosse

Avec Peter Hens et Yves Gourmeur

Régie générale et lumière : Jeoren Durnez

Son : Patrick Sterckx

A partir du 20 janvier 2009 du mardi au samedi à 21 heures et samedi en matinée à 16h15

Théâtre des Bouffes Parisiens, 4 rue Monsigny, 75002 Paris (Métro : Quatre-septembre ou Pyramides)

Réservations : 01 42 96 92 42 ou www.bouffesparisiens.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche