Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 23:02
LE DRAMATURGE EN PROIE A SES PERSONNAGES …

Un dramaturge est-il le véritable auteur de ses propres  pièces de théâtre ? N’est-il pas, en vérité, le jouet de ses personnages à venir, lesquels le manipuleraient telle une marionnette ? C’est la question au départ de cette pièce de Matei Visniec, un peu oubliée par son auteur, que vient de présenter la Compagnie « On est pas là pour se faire engueuler » en avant première du Festival Off  2009.

L'écrivain et dramaturge d'origine roumaine Matei Visniec a inscrit sa pièce dans le sillage de Ionesco, de Beckett… et donc de ce théâtre que, vu d’ici, on qualifia peut-être un peu trop vite « de l’absurde »… Ce qui le fit trancher délibérément avec un théâtre traditionnellement et abusivement étiqueté « réaliste », c’est bien cette volonté de battre en brèche les préceptes aristotéliciens, les unités classiques de temps, de lieu et d’action… Voilà un théâtre qui ne veut pas se prendre pour autre chose que ce qu’il est : un espace de jeu, de parole, hors du temps et de l’espace réel et qui pourtant s’inscrit en lui… Un espace que l’on pourrait qualifier dès lors d’onirique, voire surréaliste, car porte parole incontestable d’un inconscient et de ses signes.



Un dramaturge et ses multiples doubles…

Un auteur (Pascal Billon) est assis devant son bureau, en train d’écrire sa nouvelle œuvre. Sans cesse, il est dérangé par une vieille dame inconnue (Sophie Mangin, un peu  jeune pour le rôle) qui arrive pour l’abreuver de reproches et de conseils. D’autres personnages (Laetitia Mazzoleni, Alexis Schweitzer) viennent l’interrompre pour divers motifs dont le plus flagrant est leur condition inconfortable de personnages de théâtre qui n’existent que du fait du bon vouloir de leur inventeur… La situation de l’auteur, pâle transfuge d’un improbable Dieu  phagocyté par sa propre création, tend alors  à se muer en un véritable cauchemar… 

L’espace de jeu est bien délimité. En particulier par une signalisation au sol pour marquer les murs et cloisons d’une construction virtuelle à venir – on pense au film de Lars Von Trier « Dogville ». Les changements – très rapides, voire symboliques – de costumes  se font à vue… Le jeu des interprètes semble être rendu volontairement mécanique, comme au cirque.  Et il est vrai qu’il entre bien dans tout cela une dimension circassienne…

Et il reste, surtout, ce qui fait le fondement même de ce spectacle, un texte magnifique comme on pouvait s’y attendre qui, à lui seul déjà, vaut le déplacement.

Henri LEPINE (Avignon)

La vieille dame qui fabrique 37 cocktails Molotov par jour

Auteur : Matei Visniec
Interprètes : Pascal Billon, Sophie Mangin, Laetitia Mazzoleni, Alexis Schweitzer

Scénographie : Noam Cadestin
Mise en scène : Laetitia Mazzoleni
Création lumière : Sébastien Piron
Musique : Sébum
Créé au Théâtre du Chien qui fume les 22, 23 et 24 janvier 2009, le spectacle sera repris pendant le Festival Off 2009 d'Avignon au Théâtre « le Petit Chien ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Henri LEPINE - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche