Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 21:04
A HUGO POUR LA VIE

Voilà vingt ans que la comédienne Anne de Broca retrouve, chaque 16 février, Juliette Drouet et ses lettres d'amour qu'elle a adressé à son éternel amant, Victor Hugo. Une soirée théâtrale, à chaque fois la même et toujours différente. Cette année, l'unique représentation à lieu au Théâtre Mouffetard.

La première théâtrale de « Lucrèce Borgia » arrive un soir de février 1833. Le 2 exactement. L'auteur, Victor Hugo, repère parmi les interprètes une jolie jeune femme qui n'est pas forcément une comédienne remarquable. Son nom, Juliette Drouet. Inutile de dire que ce fut un coup de foudre. On connait depuis belle lurette la forte activité amoureuse de Hugo. Mais celle qui va connaître sa première nuit d'amour le 16 de ce même mois de février avec le poète, va devenir son amante exceptionnelle, jusqu'à sa mort en 1883. Hugo mourra deux années plus tard.

Un demi siècle d'amour. Et un demi siècle de lettres échangées. L'infidèle Victor Hugo n'oubliera jamais. Dans « Les Misérables », il parle de la nuit blanche entre Cosette et Marius, un mariage qu'il situe un... 16 février ! Anne de Broca, que l'on verra dans quelque temps dans « Le Songe d'une nuit d'été », version du Footsbarn, connait l'histoire de sa Juliette sur le bout des doigts. C'est la vingtième année qu'elle remet sur scène Juliette Drouet, « cette jeune femme qui a préféré arrêter sa carrière dramatique pour s'occuper et suivre son amant. Ainsi, avec cette 176 ème nuit d'amour qui va avoir lieu, j'invente ce rituel païen comme si en continuant, il s'agissait de rendre cette liaison éternelle ».

Un rituel

La Bibliothèque National de France possède quelque 20.000 lettres de Juliette Drouet. Un millier seulement sont éditées. « Les plus belles », souligne l'actrice qui précise, «  chaque année je choisi un thème dominant mais on retrouve à peu près les mêmes lettres. Des objets  me suivent pour marquer le rituel, comme le voile de mariée. » Juliette écrit aussi pour ne pas devenir folle... » ajoute Anne de Broca qui choisit quelques dizaines de ces lettres pour réinventer - ce sera sa vingtième fois - une nouvelle nuit d'amour entre Juliette et Victor.

Ce 16 février, le spectacle s'inscrira dans une soirée où des psychanalystes débattront autour du thème « Dire oui ». Anne de Broca, qui a décidé  d'utiliser une poupée, comme un double  d'elle-même, retrouvera ce « oui » de Juliette qui va jusqu'à « l'abandon complet, la soumission, mais une soumission noble », insiste-t-elle. Et si elle chante « My man » (elle sera accompagnée d'un pianiste), elle fera aussi entendre Jeanne Moreau « Je suis à prendre ... ou à laisser ». Un divan, bien sûr, est prévu sur le plateau.

Jean-Pierre BOURCIER (Paris)
                                                                                      

176 ans déjà... mon amour
Lettres de Juliette Drouet lues et mises en scène par Anne de Broca;
Le 16 février 2009 au Théâtre Mouffetard
73 rue Mouffetard
75005 Paris
Tél. : 01 43 31 11 99

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre BOURCIER - dans A vos agendas
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche