Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 12:02
COUP DE COEUR RUEDUTHEATRE

SHOW-BIZ, TON UNIVERS IMPITOYABLE !

L’écriture tout en nuances de Virginie Lemoine et l’exceptionnelle présence scénique de Brigitte Faure se complètent à merveille dans un spectacle aussi attachant qu’atypique, aussi drôle qu’émouvant et dont le propos est loin d’être dénué de sens. Coup de cœur !

Pierrette Michon, alias Petra Michkolskaïa, est un peu l’alter ego féminin du personnage de la chanson d’Aznavour « Je m’voyais déjà ». « D’autres ont réussi avec peu de voix et beaucoup d’argent », « Rien que sous mes pieds de sentir la scène de voir devant moi le public assis, j'ai le cœur battant » deux phrases résonant comme un précipité de l’existence de cette soprano désargentée qui a les huissiers aux fesses et la tête dans un autre monde, le sien. Mais si Aznavour s’en prenait à son public qui n’avait « rien compris », Petra a contrario lui voue une infinie reconnaissance, puisque tous les jours, il est là devant elle. Mais elle est bien la seule à le voir… Et c’est là son « tendre drame » pour rester dans l’univers d’Aznavour dont sera repris « Comme ils disent », véritable bombe émotionnelle au milieu du spectacle.


Un juste dosage d’humour et d’émotion

Petra est un peu l’incarnation de toutes ces stars d’hier et d’aujourd’hui qui n’ont jamais vu le haut de l’affiche mais qui y croient encore, à leur manière, avec  bouteille de vodka à portée la main et boite de médocs en évidence sur la table. Et le mélange qui diffuse de l’oubli. Oubli de la désillusion, de la réalité qu’en transcende une autre. Le texte de Virginie Lemoine nous rappelle tout cela mais sans jamais sombrer dans un pathos pâteux où la commisération s’invite à chaque réplique. L’humour omniprésent va catalyser le propos que défendent quatre comédiens sur la scène.


Après « Les Divas du pavé » qu’ils ont joué plus d’un an dans le petit théâtre de l'Atelier Montmartre, Michel Tavernier et Brigitte Faure sont à nouveau réunis pour cette aventure. Besicles sur le nez, Michel incarne l’amoureux transi de cette diva oubliée dont il est le tuteur et l’homme à tout faire. Rôle dont il se sort à merveille, entre rudesse et gaucherie. Mais le spectacle repose sur l’omniprésente Brigitte Faure dont « Les Divas du pavé » avait permis au public d’apprécier l’exceptionnelle qualité vocale. C’est la comédienne que l’on découvre ici. Elle s’empare avec une formidable énergie de ce dialogue truffé de bons mots et de ce personnage un peu frapadingue, nous le rendant éminemment sympathique. Pas de cette sympathie compatissante accordée à ceux qui sont un peu sur la touche même si l’empathie est totale. C’est surtout une totale générosité que déploie la comédienne et qui crée cette connivence saluée de vivats plus que mérités. La mise en scène regorge de trouvailles et conduit ce spectacle de qualité vers des sommets de drôlerie mais aussi, et avec un très juste dosage, de tendresse, d’émotions et de questionnement sur soi. Un concentré de condition humaine, en somme…

Franck BORTELLE (Paris)

Une diva à Sarcelles
De Virginie Lemoine
Mise en scène : Virginie Lemoine
Assistante à la mise en scène : Marie Chevalot
Avec : Brigitte Faure, Michel Tavernier, Marie Chevalot (en alternance avec Samantha Rénier), Josef Kapustka
Décors : Grégoire Lemoine et Benoît Afnaïm
Costumes : Christine Chauvey et Virginie Lemoine
Accessoires : Lou Guérin
Bande-son : Daniel Valdenaire
Avec les voix de : Darius Kehtari, Françoise Lépine, Élora Bourgeolet et Virginie Lemoine
Musiques : Gounod, Dvorak, Bizet, Ralph Carcel et Philippe Olive, John Kamber, Astor Piazzolla, Charles Aznavour, Offenbach, Gluck, Moïses Simons, Mozart, Jean-Samuel Racine, Marguerite Monnot, Alain Bernard

Production : L’Atelier Théâtre de Montmartre et Les Sirènes en Pantoufle

A la Comédie Bastille, 5 rue Nicolas Appert, 75011 Paris (Métro : Richard-Lenoir)
Réservations : 01 48 07 52 07 ou www.comedie-bastille.com

Depuis le 1er février les dimanche, lundi et mardi à19 heures

Durée : 1h30

Photos Manuelle Toussaint

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

lodier 25/11/2009 23:52


Quelle bonne idée, quelle belle soirée, quel beau spectacle plein de tendresse et de loufoquerie. On rit, on s'amuse, on s'éclate    et on a la larme à l'oeil
La cantatrice est merveilleuse, quelle voix quel coffre que savoir faire
Les applaudissements n'ont pas manqué
Bravo à tous
Malgré ma femme qui me tirait par le bras je n'ai pas pu résister à entonner moi aussi  " je suis veuve d'un colonel qui mourut à la quer e e erre ... c'est chez moi regrets éternels 
etc...."
pour 13 euros la place on ne boude pas son immense plaisir
Il faut nous en redonner beaucoup de comme ça
Amicalement


Irina 24/02/2009 23:26

Spectacle genial! Epoustouflante Brigitte Faure,imperiale au sommet de son art, accompagné magistralement par élègant et subtil Michel Tavernier, belle et petillante Marie Chevalot et très juste et sincère Samantha Rénier.Remarquable prestation scenique du concertiste polonais Jozef Kapustka a qui va une mention spéciale pour son sens de l'humour et de l' autodérision

Chronique Fraîche