Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 12:08
QUAND DUSSENNE SERT (ET SERRE) WILLEMS

Des destins se croisent sous la voie lactée…Neuf acteurs donnent voix à une œuvre parfois plus poétique que scénique, plus tragique que comique, plus surréaliste que romantique. Le Rideau, qui avait commandé une première pièce à notre auteur en 1949, accueille ici la mise en scène de F. Dussenne (2007), pour tous ceux qui aiment le théâtre de texte.

Ecouter le « Kat »’ Astrophe et son ombre nous incite à abandonner la norme, pour entrer dans un univers énigmatique, où la vie croise la mort sur un fond de poésie. La beauté toute humaine de l’action scénique fait apparaître nos angoisses existentielles, nos désenchantements, nos amours déçus, tandis que les personnages, moins créés qu’induits par le texte, se débattent autour d’un terrain vague, un plan incliné noir sur fond noir.

 Leurs costumes nous rappellent qu’ils quittent à peine l’enfance, et les voilà déjà coupables, lâches, victimes…Et si seulement ils écoutaient leurs ombres, ces doubles éclairés, cette partie d’eux-mêmes qui les suit ou les précède et semble vouloir leur indiquer le chemin…

Mais qui aidera Vincent, coupable jusqu’à la mort de n’avoir pas tenu la main de sa petite amie ? Qui guidera sa sœur, confondant amour et possession jusqu’à préférer enfermer son frère dans un asile, dans le silence ? Qui sortira Bella de sa torpeur, de son mariage raté, de sa passion irraisonnée pour ce Vincent, au bord de la rivière et de la mort ? Qui fera fondre en larmes l’insensible bourgeoise, épargnera le secret de son protégé ? Les ombres parlent, la morale n’existe que pour elles…Et personne n’est épargné.

Avec pour seul décor un plan incliné et des trappes laissant passer les visages, le metteur en scène n’a pas misé sur le visuel. Les acteurs, quant à eux, sont des instruments corporels et psychiques portant la prose. Et s’ils remplissent bien ce rôle, ils semblent aussi s’effacer de toute création de personnage, vraisemblance ou possibilité d’identification. La beauté du texte pour lui-même surprendra les oreilles attentives et éveillées. Un hommage réussi à un poète et dramaturge belge toujours vivant sur scène.

Julie LEMAIRE (Bruxelles)

Du 6 au 27 février 2009 à 20h30 au Rideau de Bruxelles (www.rideaudebruxelles.be - 02 507 83 61), 18 rue Ravenstein, à Bruxelles.

Nuit avec ombres en couleurs
Texte : Paul Willems (éd.Textes pour Didascalies, 1983)
Mise en scène : Frédéric Dussenne, assisté de Simon Gautiez
Distribution : Alexandre Dewez, Janie Follet, Thierry Hellin, Vincent Hennebicq, Marion Hutereau, Julie Leyder, Bernard Sens, Pierre Verplancken, Pascale Vyvère.
Scénographie : Vincent Lemaire
Lumières : Renaud Ceulemans
Musique originale : Pascal Charpentier
Costumes : Lionel Lesire
Concepteur marionnettes & conseiller manipulation : Bernard Clair
Régie générale : Marcel Derwael

Production : L’Acteur et l’Écrit

En tournée : le 3 mars au Centre Culturel de Dinant.
Durée du spectacle : 1h50 sans entracte.


Partager cet article

Repost 0
Published by Julie LEMAIRE - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche