Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 00:05
MAI 68 VU DE L’ELYSEE …

Montrer sur scène, dans leur chronologie, les événements de mai 1968 vus du Palais de l’Elysée était une entreprise à risques. Son auteur Jean-Louis Benoit s’y est attelé avec la complicité active des comédiens au Théâtre National de Marseille La Criée. Le résultat est un spectacle à mi-chemin entre le documentaire et une tragi-comédie politique fortement drôle parfois.

C’est à partir du journal de Jacques Foccart que le spectacle a été conçu et écrit… Les événements de mai 68 ne constituent pas réellement en eux-mêmes une tragédie (il n’y a pas eu mort d’homme). Encore moins pour nous, spectateurs, témoins ici des angoisses politico-existentielles à huis clos du groupe dirigeant, les ministres et le général de Gaulle lui-même… tous complètement dépassés, effarés même, par une situation socio-politique sans précédent pour eux…


Les vœux au peuple de France du 31 décembre 1967 ouvrent le spectacle. Il y transparaît déjà une certaine incapacité pour le chef de l’état à appréhender correctement la situation. Jean-Marie Frin campe un De Gaulle contrasté tout à fait crédible. Tour à tour baderne, bourru, mais aussi parfois subtil et, au bout du compte, stratège jusqu’au machiavélisme…

Du document à la comédie quasi burlesque…

Le dispositif scénique est constitué de cinq armoires identiques par lesquelles entrent et sortent les personnages ou dans lesquelles ils se réfugient – aux moments cruciaux de l’insurrection, ces armoires, renversées dans le plus grand désordre, évoqueront au passage et sans ambigüité une barricade au sein même de l’Elysée symboliquement envahi par l’émeute ! Et l'on assiste, au fil des jours, au défilé des ministres : le Premier d’entre eux Georges Pompidou (Laurent Montel), déjà sur la réserve quant à ses relations avec le Président, Christian Fouchet (Luc Tremblais), Pierre Messmer (Dominique Compagnon), et Jacques Foccart lui-même (Arnaud Décarsin) qui, dans son journal ici adapté, s’est décidément attribué le beau rôle…

Tous les acteurs de cette pseudo tragédie du pouvoir, en réalité une comédie qui atteint parfois aux limites du burlesque, font preuve d’un dynamisme réjouissant et de la meilleure justesse… Le spectacle ne manque pas de mouvement, s’achevant même avec une étonnante et cocasse chorégraphie sur la chanson « A bicyclette » interprétée par Yves Montand…

Cet insolite point de vue théâtral qui nous est donné avec ce spectacle a pour mérite de nous rappeler aussi qu’un certain divorce entre le politique et la société ne date pas d’aujourd’hui et qu’il s’agit là, bel et bien peut-être, de la seule vraie tragédie du pouvoir qui contient en elle-même tous les ressorts d’une perspective de dictature.

                                                                                                                  Henri  LEPINE (Avignon)

De Gaulle en mai

Extraits du Journal de l’Elysée de Jacques Foccart (aux Editions Fayard) – Textes organisés par Jean-Louis Benoit.

Mise en scène Jean-Louis Benoît.

Avec Jean-Marie Frin,  Arnaud Décarsin, Luc Tremblais, Laurent Montel, Dominique Compagnon.

Décors : Alain Chambon – Costumes : Marie  Sartoux – Lumières : Sylvio Charlemegne – Son : Aline Loustalot – Conception vidéo : Antoine Benoit – Chorégraphie : Lionel Hoche – Voix : François Cottrelle et Catherine Ruiz.

Production Théâtre National de Marseille La Criée.  Avec l’aide du Fonds de développement de la création théâtrale contemporaine de la SACD.

Photo Brigitte Enguerand

Au Théâtre du Chêne Noir, Avignon, du mercredi 4 au vendredi 6 Février 2009.

Partager cet article

Repost 0
Published by Henri LEPINE - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche