Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

23 mai 2006 2 23 /05 /mai /2006 10:10
La célèbre danseuse alicantine, Sol Picó, a quitté le temps d’une représentation sa Caldera de Barcelone, pour venir proposer au public madrilène, Paella Mixta au théâtre Espagnol. Entre flamenco et danse contemporaine.

Avec un groupe composé par les danseurs David Climent, Fernando Ruiz de Mendarozqueta, Pablo Molinero et Xevi Dorca, la violoniste Olvido Lanza, et le Bailaor Israel Galván, Sol Picó propose, dans un mélange épuisant, sa compréhension complexe de l’art scénique et du monde en une heure de représentation. Dès la porte du théâtre, s’ouvre aux spectateurs surpris un parcours fragmenté que le style hybride et puissant de Sol Pico permet d’unifier.


Paella
, c’est l’Espagne vue de loin, touristique, l’Espagne à vendre. Mais c’est aussi un signe identitaire mensonger usé et propagé par un pouvoir politique dictatorial. C’est le symbole explosif d’une société encore fascinée par ses propres traditions. Le spectacle commence autour de sa préparation, véritable rituel aux allures égyptiennes et infernales, dont l’un des ingrédients est la propre Sol Picó.

Cette partie, dans les couloirs du théâtre et même hors de ses murs, est admirablement jouée par les danseurs, auxquels il faut reconnaître, outre leur maîtrise technique, leur impressionnante interprétation théâtrale accentuée par leur proximité avec le public, auquel ils se mêlent. Marquée par l’innovation, et une très haute qualité, elle questionne aussi l’espace scénique imposant une relation parfois déstabilisante entre les danseurs et le public.

On entre ensuite dans le théâtre à l’italienne, et cette fois-ci, malgré la présence au sein du public de la danseuse chaussée de patins à roulettes, perdue, seule, les spectateurs reprennent leur rôle plus sereinement. La représentation continue alors sur une scène divisée en un univers du bas, où, Sol partage une chorégraphie intense et athlétique représentant la folie et la mort avec les quatre danseurs devenus vautours, et un univers du haut, où un homme est assis dans la pénombre. Quand la mort et l’enfer d’en bas semblent être consommés, la danseuse atteint l’univers supérieur, celui du délire, de la représentation et du refus du monde qui l’a chassée, celui d’un danseur de flamenco. Commence alors un duel entre eux deux, peut-être la lutte entre le taureau et le torero, qui se solde par la mort de la bête, la danseuse. Du sable, qui pourrait bien être le riz de la paella tombe de nouveau sur la danseuse morte comme dans la première scène. Banale, la paella empêche ce spectacle d’être simplement désespérant. Car elle est de façon inédite un symbole mixte, complexe et pluridirectionnel, de la vie, de la mort, et de l’art.

Malgré les inépuisables possibilités d’interprétations, Paella Mixta est un système parfaitement construit autour de l’usage des espaces du théâtre et de la durée des scènes, et intensément cohérent grâce à son effrayante densité, suscitée par la visibilité de l’effort du corps des danseurs, et par la musique originale, forte, omniprésente, qui conduisent à l’épuisement véritable du spectateur, ravi et désorienté. Une heure explosive d’efforts, de visions et d’émotions esthétiques.

Frédérique MUSCINESI (Madrid)

Paella Mixta - Mise en scène et chorégraphie : Sol Picó
Propositions dramaturgiques et mise en scène théâtrale : Txiki Berraondo

Acteurs/Danseurs : David Climent Fernando Ruiz de Mendarozqueta Pablo Molinero Xevi Dorca Bailaor : Israel Galván - Danseuse : Sol Picó - Violoniste : Olvido Lanza
Scénographie: Paco Azorín et Pere Milán Design et son : Roger Santos
Lumières : Oscar de Paz - Musique : Carlos López - Costumes : Valeria Civil

Au Teatro Español, c/ Príncipe, 25
Pour acheter des places : de mardi à dimanche de 11h30 à 13h30 et de 17h jusqu’au début de la représentation.
Durée du spectacle : 1 heure
Jusqu'au

Partager cet article

Repost 0
Published by Frédérique MUSCINESI - dans À Paris 2006-07
commenter cet article

commentaires

antía 26/05/2006 01:15

un spectacle formidable, je suis entierement d´accord avec tes commentaires sur la piece!

Chronique Fraîche