Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 20:49
HUMOUR JUIF ET GAGS BELGES

Deux amis lambda, quarantenaires, décident de commencer à vivre au lieu de végéter dans leur routine médiocre de célibataires amortis. La rencontre d’une femme de chair va bouleverser leurs relations.

Cette comédie qui mêle absurde et humour juif, farce et drame, Lorent Wanson la vivifie d’une flopée de gags. Comme chez Tati ou Etaix, ils pullulent, multiplient les trouvailles. Ils ne sont pas là pour déclencher l’hilarité bruyante mais créer un climat de dérision, de caricature amusée du journalier, de connivence souriante avec une fantaisie déchaînée.


Leur saveur se déclenche lorsque l’œil les saisit entre ou pendant deux dialogues, deux caracolades des comédiens. Un étui de contrebasse devient armoire ou lit tandis qu’un autre de flûte sert de zappeur. Un archet c’est un fusil, un stick de golf, une raquette, une épée. Un clairon repasse les chemises. Une grosse caisse allume une pleine lune romantique... 

Les lieux de l’action se déplacent  à travers l’installation d’un orchestre symphonique décimé dont il ne subsiste qu’un trio de musiciens farfelus associés physiquement et musicalement aux péripéties. Les comédiens bondissent d’en endroit à un autre, bousculent chaises, lutrins, instruments. Ils chantent des chansons à prendre au second degré.

Entre fade amitié et amour affolé

Si la première partie hésite en son rythme, la seconde prend sa densité pour démontrer avec un pessimisme affirmé que chercher le bonheur n’est pas nécessairement le trouver. Que vouloir dynamiter sa routine mène à la catastrophe. Que « sombrer dans la félicité » peut ne pas s’avérer pire que de s’aventurer dans l’illusoire. Que l’homme est plus à son aise dans la sécurité que dans l’exaltation.

Alain Eloy (Yaacobi), Achille Ridolfi (Leidental) et Delphine Bibet (Ruth alias Mme Popotin) prennent plaisir à se mettre en péril tout au long d’un texte qui louvoie sans cesse entre virulence et tendresse, vulgarité crue et réflexion philosophique, interrogation sociologique et loufoquerie sans frein. Leur jeu s’adapte aussi aisément à la gesticulation clownesque, à la désarticulation burlesque, au poids de l’existence plombant les corps. Il est soutenu par un trio musical poly-instrumentiste d’une flegmatique et hilarante dégaine.

L’équivoque de la démarche d’Hanock Levin laisse planer un certain malaise : faut-il rire ou se désoler ? faut-il abandonner ou s’accrocher ? L’auteur se situe dans le parodique, notamment à travers les chansons, mais aussi dans l’analyse de nos comportements essentiels. D’où l’embarras du spectateur qui, par moments, se demande où il en est et risque, s’il ne se laisse emporter librement dans la fantaisie, de décrocher.

Michel VOITURIER (Bruxelles)

Créé au Manège à Mons du 17 au 22 février 2009 ; au Rideau, 23 rue Ravenstein à Bruxelles, du 26 février au 31 mars (02-507.83.61 - www.rideaudebruxelles.be )

Yaacobi et Leidental
Texte : Hanock Levin (éd. Théâtrales, 2001, traduction de Laurence Sendrowicz)
Mise en scène : Lorent Wanson assisté de Grazyna Bienkowski
Distribution : Delphine Bibet, Alain Eloy, Achille Ridolfi
Musiciens : Nico Roig, Joachim Badenhorst, Thomas Giry
Composition musicale : Lorent Wanson et Fabian Fiorini
Scénographie et costumes : Anne Guilleray
Lumières : Guy Simard


Coproduction : manège.mons / Centre Dramatique et Rideau de Bruxelles

Photo © Alessia Contu

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche