Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 01:07
TO BE OR NOT TOO BIDE?

Difficile de jouer la carte de l'originalité avec Hamlet. Le héros de Shakespeare  n'en finit pas de  poser ses questions existentielles de salle en salle. La compagnie des Sans cou s'y essaye avec humour et panache, même si tout n'est pas aussi abouti qu'on aurait pu le souhaiter.

Le Ciné 13 Théâtre poursuit son cycle dédié à Shakespeare avec cette version toute personnelle d'Hamlet qui ne laissera personne indifférent. Tout d'abord, elle joue sur des clivages modernes (décor minimaliste, dont un fauteuil placé dans la salle au milieu du public), langage de nos jours mâtiné de mots grossiers (les « fils de pute » se glissent parmi les vers du dramaturge britannique comme si de rien n'était) et autre utilisation d'anglais usuel pour le moins incongrue. Les costumes, contemporains et esthétiques, laissent parfois place à des perruques propres à chaque personnage pour les comédiens qui interprètent plusieurs rôles.


Du drame il y a, certes, mais la comédie, l'originalité et l'absurde n'en rivalisent pas moins. Ainsi, le fameux « To be or not to be » est écrit sur un tableau noir à la craie pendant que toute la cour regarde Hamlet dans son œuvre comme un professeur devant sa classe. Le combat entre ce dernier et Cléantre, le frère d'Ophélie, est symbolisé par une scène totalement saugrenue où les deux personnages passent leur temps à mettre la tête dans une bassine remplie d'eau et à s'ébrouer. Rien que l'entrée en scène, à la fois solennelle et visuelle, annonce la couleur et prépare à une version revue et corrigée des mésaventures du roi du Danemark et de tous ses compagnons.

Une pièce dans la pièce

Si tous les comédiens sont au diapason -mentions spéciales à la mère d'Hamlet, digne, à Ophélie, belle et émouvante, ainsi qu'à Polonius, son père au phrasé rapide comme sous ecstasy et caution comique par son dos volontairement voûté qui confine au ridicule-, le personnage d'Hamlet agace autant qu'il séduit. Yves Jégo force les traits au point d'attirer sur lui l'antipathie des spectateurs. La mise en scène reste assez sobre compte tenu des grains de folie qui sont disséminés ici ou là : les comédiens restent cantonnés au milieu du plateau, sans en bouger d'un millimètre, mais tout est compensé par des jeux de sons et de lumières particulièrement réussis. Sans oublier l'idée de faire une pièce dans la pièce avec Horacio qui annonce d'emblée que ce sont des acteurs qui vont interpréter la vie d'Hamlet alors que ce dernier reste dans l'ignorance de ce détail.

Mais qu'on se rassure, la trame de Shakespeare reste la même. On sabote la pièce ici ou là, mais les personnages s'avancent vers leur funeste destin comme prévu. Ophélie ne manque pas de se noyer, et le reste de la cour de s'empoisonner joyeusement dans un bordel orchestré et confus. Cette nouvelle version d'Hamlet balance entre classicisme et originalité mais sans aller au bout de ses promesses.
                                                                                  Julien WAGNER (Paris)

 

« Hamlet »
Texte : William Shakespeare.
Mise en scène : Igor Mendjisky.
Avec : Arnaud Pfeiffer , Fanny Deblock , Dominique Massat , Romain Cottard , Clément Aubert , Yves Jégo , Imer Kutllovci , James Champel.
Musique : Hadrien Bongue.
Costumes : May Katrem.
Lumières : Thibault Joulié.

Jusqu'au 8 mars 2009, du mercredi au samedi à 19h, le dimanche à 15h.
Ciné 13 Théâtre, 1 avenue Junot, 75018 Paris. Métro Lamarck-Caulincourt
Réservations au 01.42.54.15.12.

Partager cet article

Repost 0
Published by Julien WAGNER - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche