Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 22:43
UN RENDEZ-VOUS AUX ACCENTS DU MONDE
 

Une affiche très internationale pour ce 63è festival (In) avignonnais qui se déroulera du 7 au 28 juillet 2009. Les directeurs Hortense Archambault et Vincent Baudriller l'ont construit avec l'artiste d'origine libanaise, le canadien Wajdi Mouawad.

Voilà exactement 700 ans, la ville d'Avignon accueillait son premier pape. Huit autres suivront avant que Rome ne redevienne la capitale de la chrétienté. Occasion pour Marie-Josée Roig, maire d'Avignon, de souligner que  la cité que l'on nomme toujours « des Papes » a retrouvé ses pèlerins grâce à un autre « pape », Jean Vilar, le créateur de ce festival en 1947.

Seront-ils toujours aussi nombreux aux rendez-vous de juillet ces pèlerins passionnés de spectacles vivants ? Parce qu'il y a crise, quand même. Les co-directeurs de la manifestation - Hortense Archambault et Vincent Baudriller - répondent par l'offensive : « Dans la période difficile que notre société traverse, nous souhaitons ce Festival créatif et insolent, énervé et enthousiaste, en aucun cas résigné ».

Reconnaissons que le programme présenté ce 18 mars en Avignon cherche délibérément à « interroger le monde ». De Beyrouth à Montréal, de l'Afrique (Madagascar comprise) à l'Europe d'est en ouest et du nord au sud, c'est à un vrai voyage dans les écritures théâtrales, chorégraphiques, plastiques et aussi, plus nouveau ici, cinématographiques, que veut nous convier ce festival. La personnalité de Wajdi Mouawad n'est pas étrangère à ces choix. Cet auteur-acteur-metteur en scène connaît les guerres (le Liban, son pays de naissance) et l'exil. Il s'est installé à Montréal (Canada) après un passage par la France. Il aime le récit, la narration, le croisement des cultures. Le programme, pas tout à fait définitif, ne dit pas autre chose.

Ouverture dans la Carrière de Boulbon avec le cinéaste israélien Amos Gitaï qui propose un spectacle total où l'image cinématographique ne sera pas absente, où Jeanne Moreau sera omniprésente. Pour monter cette « Guerre des fils de la lumière contre les fils des ténèbres » (7-13 juillet), Gitaï s'est inspiré de « La Guerre des Juifs » de Flavius Josèphe. Cette production voyagera au cours de l'été des festivals (Athènes-Epidaure, Barcelone-festival Grec, Istanbul) qui ont formé avec celui d'Avignon le réseau Kadmos. Le chorégraphe espagnol Israel Galvan occupera cette Carrière de Boulbon (18-26 juillet) avec « El final de este estado de cosas, redux » (La fin de cet état de choses, redux), un flamenco bousculé avec notamment des images projetées.

Dans la Cour d'Honneur, du 8 au 12 juillet, Wajdi Mouawad regroupera trois de ses pièces déjà présentées séparément, « Littoral, Incendies, Forêts », et les proposera pour des nuits entières. Une 4è, « Ciels », ou l'odyssée d'un personnage qui veut rentrer chez lui, sera présentée à Châteaublanc/Parc des expositions du 18 au 29 juillet.  L'ensemble est annoncé sous le titre « Le Sang des promesses ».
 
Toujours dans cette Cour d'Honneur, le Polonais Krzysztof Warlikowski qui avait déjà surpris le public d'Avignon il y a peu ,revient avec « (A)pollonia » (16-19 juillet) qui s'inspire d'Euripide, Eschyle, Hanna Krall et autres. Et ce sont les Flamands Johan Simons & Paul Koek qui clôtureront sur la grande scène ce festival (23-29 juillet) avec « Casimir et Caroline » de Horvath, auteur mort à Paris en 1938, plus que jamais d'actualité par son regard sur les crises des sociétés occidentales.

La surprise Claude Régy

Retour du Belge Jan Fabre à Avignon avec « Orgie de la tolérance » (9-15 juillet) et de l'Italien Pippo Delbono avec « La Menzogna »/Le Mensonge (18-27 juillet) dans le Cour du Lycée Saint-Joseph. Retour encore de Jan Lauwers et sa NeedCompany avec sa trilogie « La Chambre d'Isabella »/« Le Bazar du Homard »/« La Maison des cerfs », l'ensemble présenté sous le titre « Sad face-Happy Face » (12-18 juillet) à Château Blanc-Parc des expositions. Dans ce même Parc, on verra avec intérêt la dernière création de l'iconoclaste suisse Christoph Marthaler « Butzbach-le-gros, une colonie durable » (23-26 juillet).

Autres figures très attendues, le Canadien Denis Marleau (« Une fête pur Boris » de Thomas Bernhard), Rachid Ouramdane (« Des témoins ordinaires »), la chorégraphe Maguy Marin (sa pièce n'a pas encore de titre), Joël Jouanneau (« Sous l'oeil d'Oedipe » d'après Sophocle, Euripide), Christophe Honoré qui retrouve Victor Hugo et son « Angelo, Tyran de Padoue ». Des surprises sont annoncées du côté de Stefan Kaegi/Rimini Protokoll (« Radio Muezzin »), de Lina Saneh & Rabih Mroué (« Photo-Romance ») ou de Dave St-Pierre (« Un peu de tendresse bordel de merde! »... Mais la plus grande, peut-être, est la présence pour la première fois au festival de Claude Régy qui créera « Ode maritime » de Pessoa avec Jean-Quentin Châtelin. Tout arrive.

                                                                                 Jean-Pierre BOURCIER

Les réservations ne sont pas encore ouvertes.

Photo : Wajdi Mouawad - Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon ©

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre BOURCIER - dans Actualités & coulisses
commenter cet article

commentaires

Donnadieu 30/03/2009 23:42

Une fois encore on peut regretter la trop grande rareté de vrais textes pour la scène. Pourtant d'Eschyle à Pinter et de Sénéque à Jean Anouilh, le choix ne manque pas.Voilà, c'est ainsi, une question d'époque.Dommage

Chronique Fraîche