Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 16:39

UNE VRAIE GUEULE D’ATMOSPHERE !


Denis d’Arcangelo redevient Mme Raymonde, cette drôle de bonne femme qui n’a pas la langue dans sa poche ni le verbe fadasse. Dans un numéro où se mêlent drôlerie, poésie et émotion, il livre une heure et demi de show irrésistible où l’on retrouve, au milieu des inédits, quelques morceaux que l’on attend forcément de ses précédents spectacles. La performance vocale est sidérante.


Madame Raymonde a la verve vipérine des harengères des temps jadis. De ces cocottes qui ne font pas de chichi pour amuser leur public, leurs hommes ou le premier gadjo qui passe. Quitte à se faire « posséder par surprise » comme dans la chanson qui va durer dix bonnes minutes. Car la tchatche est aussi le lot de cette brave dame.



Depuis ses dernières aventures, elle a juste changé de robe.  Tout le reste est intact, des lèvres rouge baiser à la tignasse impeccablement vissée sur le crâne sans oublier le collier de perles qui descend jusqu’au nombril. Chic et choc. L’entrée en scène n’a pas non plus bougé : madame Raymonde commence tout simplement par se servir deux verres de vin et les avaler cul sec !


Arletty, comme de bien entendu…


Le spectacle va ensuite pouvoir commencer. On retrouve avec joie cette faconde qui emprunte bien sûr beaucoup à Arletty mais aussi à toutes ces chanteuses du début du siècle dernier, Berthe Sylva, Frehel, Damia et les autres.  Et comme de bien entendu, la cible favorite de cette brave dame va être la connerie humaine. Tout un programme !


Le spectacle surprendra et réjouira ceux qui ne le connaissent pas, s’il en reste encore. Pour les autres, il y aura ce plaisir d’un rendez-vous qu’on ne voudrait pas rater car si Denis d’Archangelo ne s’est pas beaucoup renouvelé, il n’en demeure pas moins toujours aussi professionnel dans son travail. La performance vocale est toujours aussi impressionnante tout autant que la présence sur scène. On appréciera toutefois dans les nouveautés l’intervention plus fréquente de son acolyte le Zèbre, le très charismatique Sébastien Mesnil, qui non seulement joue très bien du piano à bretelles mais révèle aussi une fort jolie voix.


Java et foxtrot ont la part belle dans ce show sincère, populaire au sens le plus noble et en attendant un nouveau spectacle entièrement inédit de cette gouailleuse hors pair, il est bon de revoir et réécouter ces jolies ritournelles bellevilloises ou encore ce monument emprunté et détourné d’Aznavour qui résume à lui seul que ce grand bonhomme de la scène en grande bonne femme de la rue a en lui cette infinie modestie, apanage de ceux qui ne dissolvent pas leur talent dans le star système.


Franck BORTELLE (Paris)



Madame Raymonde exagère

Avec Denis d’Arcangelo et Sébastien Mesnil à l’accordéon.

Costumes : Pascale Bordet

Lumières : Célio Ménard

Coréalisation Vingtième Théâtre et Les Concerts Parisiens.

Du 11 mars au 26 avril 2009

Du mercredi au samedi à 19h30 et le dimanche à 15 heures

Vingtième Théâtre, Rue des Plâtrières, 75020 Paris (Métro : Ménilmontant)

Réservations : 01 43 66 01 13 ou www.vingtiemetheatre.com

Durée : 1h40

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck BORTELLE - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche