Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 19:01
CORPS OUVERT SUR L’AVENIR

Michèle Noiret danse, seule contre l’insoutenable ironie d’un monde qui oublie son essence.  Sa présence théâtrale et précise est dupliquée par d’énormes écrans, tandis que sons et lumières répondent à son corps…La chorégraphe et interprète associée au National nous offre une vision, un constat froid transcendé par l’art de la précision et du non-dit.

Sur une immense scène aussi froide que nos technologies, un corps de femme révèle. Il dit la maîtrise et l’intelligence du mouvement au service de l’imaginaire. Il vibre à travers musique et lumières, dans une communication parfaite qui nous livre une seule forme, que l’on sent nourrie simultanément de l’art de notre chorégraphe de renom, mais aussi de Todor Todoroff et Xavier Lauwers.


L’artiste n’est pas nombriliste : ses techniciens sont avec elle ; son mal-être n’est pas personnel : c’est celui de notre monde. Avec une portée sonore excellente, le mélange de passages textuels , de musique originale et de septième symphonie de Beethoven fond en elle, et nous partageons cette « épouvantable épidémie ». Les mouvements sont saccadés, mais d’une précision jusqu’au bout des mains. Mains qui se raccrochent aux murs d’un long tunnel…Pieds qui se débattent pour fuir ou exister…Visage qui se parle, nous parle.

Danse-cinéma

Les écrans nous renvoient l’image d’un corps en feu, flammes qui ne sont pas tant celles de la féminité que d’un message. Serons-nous éternellement indifférents à la mort des abeilles, à la fin du règne de la nature, au fracas des mots comme « tsunami » ou « Katrina » ?
L’interprète suit ses pulsions, déverse son énergie sur le monde, et s’aide de tous les artifices techniques, qui laisseront froids les dissidents du mélange des genres…Théâtre, danse, ou cinéma ? Qu’importe, puisque l’homme reste au centre de la création et de son devenir, et c’est ce qui nous touche. Car personne n’est innocent. Ni coupable.

Julie Lemaire (Bruxelles)


Du 24 au 28 mars 2009 au Théâtre National (www.theatrenational.be)
Demain
Ecriture scénique, chorégraphie et interprétation Michèle Noiret
Assistantes à la chorégraphie : Lise Vachon, Dominique Godderis
Compositions musicales originales :Todor Todoroff, Stevie Wishart 
Musique : Beethoven, 7ème symphonie, 2ème mouvement
Image vidéo : Aliocha van der Avoort
Scénographie et costumes : Alain Lagarde
Collaboration textes / scénique : Mathias Jung
Lumières : Xavier Lauwers
Assistant à la création lumières : Marc Lhommel
Directeur technique : Christian Halkin
Régie lumière : Marc Lhommel
Ingénieur du son : Jarek Frankowski
Régie vidéo : Yves Pezet
Régie plateau : Christophe Blacha
Construction des décors et confection des costumes : Atelier du Théâtre National de la Communauté française
Conseiller artistique : Pascal Chabot


Coproduction : Théâtre National de la Communauté française, La Filature- Mulhouse, Charleroi/Danses, L’Atelier du Rhin-Colmar - Réalisé avec l’aide du Ministère de la Communauté française, Service de la Danse

En tournée: le 16 avril 2009 à la Filature (Mulhouse ; www.lafilature.org);
le 17 novembre 2009 à la biennale Charleroi-Danses
(www.charleroi-danses.be)

Photo (c) Sergine Laloux

Partager cet article

Repost 0
Published by Julie LEMAIRE - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche