Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 19:07
FUIR CE MONDE CRUEL

Ce sont les échanges et les secrets de famille dans un bien étrange trio que relate cette création où le drame est latent sous l'emballage glamour…
 
Ludovic est - lui a t-on dit et il le croit - un extraterrestre, par son père. Jugeant sa mission d'envoyé spécial sur terre terminée, il voudra rejoindre ce père sublimé. Sa mère quant à elle, vit dans l'univers d'un conte pour enfants. Une jolie autant qu'énigmatique petite personne nommée Cendre fera irruption dans le monde clos de cette cellule monoparentale, provoquant le Destin, à moins qu'elle ne le représente….



Surprenant mélange qui fait que, d'une part, pour construire le personnage de Ludovic, l'auteur s'est inspiré d'un fait de société, objet jadis d'un reportage de l'émission Strip-tease. "La Soucoupe et le Poulet" montrait un Jean-Claude de cinquante ans, couvé par sa mère, construisant une soucoupe volante dans son jardin : deux personnes déconnectées de la réalité. D'autre part, c'est dans le merveilleux qu'il installe la Mère (sans nom), en complète immersion…

Il n'est pas nécessaire, bien sûr, d'avoir lu le roman-culte de l'Américain Frank Baum : « Le Magicien d'Oz »(1899), ou vu le film de Victor Fleming avec Judy Garland (1939) pour suivre l'histoire de cet ado attardé, surprotégé  par une mère possessive atteinte de folie douce, droguée aux médicaments. Mais les références et allusions (y compris musicales et dansées) sont cependant si claires et nombreuses que l'on risquerait alors de perdrr un peu de compréhension des enjeux.


Cette mère se prend à la fois et tour à tour pour une bonne fée et pour la fillette Dorothy, héroïne du conte, enlevée par un cyclone avec son chien Toto… nom que la mère donne à son fils ! Il n'est pas inutile non plus de savoir qu'elle ne pleure pas sur un simple nain de jardin brisé mais sur un Munchkin, personnage vivant et réel pour elle…À force d'identification, ce n'est pas, à la fin, se retrouver gentiment chez elle au Kansas natal mais c'est plonger dans l'aveu le plus terrible qui parachèvera sa folie, avant, encore durant un moment, l'illusion d'être star dans un final hollywoodien.

Ce pourrait être kitch, c'est magistral !

Thierry Janssen est à la fois l'auteur et le personnage principal de sa pièce dont il a voulu confier la mise en scène à un autre comédien-auteur-metteur en scène, Guy Theunissen, pour plus de liberté de jeu mais aussi pour bénéficier d'un regard neuf. Apports précieux également, et  cela d'autant que les différentes scènes se déroulent dans des lieux très différents, Vincent Lemaire, le scénographe, et Laurent Kaye l'éclairagiste pour créer un décor qui sait magiquement se transformer et mettre en valeur des costumes, référents eux aussi.

Les trois personnages que Thierry Janssen a imaginés sont pitoyables et effrayants, poétiques et dramatiques, touchants en tout cas, et le trio d'acteurs les sert de la meilleure manière : Jo Deseure, la Mère et Erika Sainte, Cendre.

On peut voir encore dans "Facteur Humain" une métaphore de notre aspiration à tous d'échapper au quotidien décevant  et de partir vers un Ailleurs meilleur. À la façon de Ludovic, s'envoler dans les étoiles, "over the rainbow", ou par la "route de briques jaunes" en se réfugiant dans l'imaginaire du Pays d'Oz… À moins que, par une autoroute virtuelle plus actuelle, il suffise d'atteindre les mondes nouveaux que la technologie invente et nous offre, chez nous…

Suzane VANINA (Bruxelles)


"Facteur Humain"
Texte : Thierry Janssen (éditions Lansman)
Mise en scène : Guy Theunissen assisté de Mathilde Schennen
Scénographie, costumes : Vincent Lemaire
Interprétation : Jo Deseure, Thierry Janssen, Erika Sainte
Lumière : Laurent Kaye
Création sonore, vidéo : Sébastien Fernandez
Chorégraphie : Fanny Roy

Création et coproduction Théâtre le Public/La Maison Ephémère au Public  du 25 mars au 25 avril 2009, 20 h 30 – www.theatrelepublic.be

Photo © Cassandre Sturbois

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche