Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 13:15
LA GAMINE ET LES TROIS BOURREAUX

Dans le cadre de la représentation du féminin pour jeune public, le Centre Culturel des Arts Urbains, Confluences, donne la parole aux femmes avec toute une série de pièces. Loin du cliché théâtre intellectuel pour bobos, Le couteau le pain en soufflera plus d’un, gamins récalcitrants y compris. Écrite par Carole Thibaut, elle traite de l'éducation des filles et de leur place au sein de la famille. Avec une mise en scène menée tambour battant, ce spectacle vous donne un sérieux uppercut par la violence cachée des mots.

Bien sûr, on peut aller au Centre des Arts Urbains en traînant des pieds. Metro Charonne, quartier un peu laissé à l’abandon, l’Est parisien. Rive droite, diront les snobs. Pas jojo, le quartier. Pas gai non plus ce centre, modeste mais engagé, avec des expositions photo sur la guerre dans le monde. Mais peu importe, il faut passer la frontière...


Avec le couteau le pain. On se demande ce que vient faire là un titre pareil. Et pourtant... C’est l’histoire d’une gamine de 12 ans qui est « encore une enfant, on l’sait toi et moi », (comprenez : pas réglée), une fille unique broyée entre une mère obsédée par « l’heure de passer à table » et le père, figure monstrueuse de machisme. Chasseur, buveur, un peu bourgeois, lui aussi a l’obsession des mathématiques « qui-mènent-à tout-dans-la-vie » et rêve de caser sa gamine avec un étudiant en sciences « promis-à-un-brillant-avenir ». Et la gamine dans tout ça ? La gamine, elle préfère les livres aux aditions, tremble en rendant sa copie quotidienne au paternel, culpabilise de ne pas assez satisfaire ses géniteurs et se réfère à Dieu pour pardonner ses péchés, ses mauvaises notes en maths, son insolence. Vous l’avez compris : la gamine, c’est le pain. Le couteau, les adultes et violence faite aux femmes.


A couper le souffle


Malgré la scène miteuse, malgré l’absence de rideaux, car ici, rien n’est tout à fait comme un vrai théâtre, l’embarquement est immédiat. Les quatre comédiens ont une justesse de ton à couper le souffle. La gouaille de la mère, répétant à l’envi de sa voix de crécelle « Mais, oui, chérie, écoute ton pèèèèèère ! » ou le fameux « Après tout s’qu’on a fait pour toi ! » que l’on a tous entendu un jour.


Si la violence passe ici par les mots, les mots qui tuent, les mots qui blessent, qui emprisonnent, celle-ci est mise en scène de façon extrêmement habile. Ainsi, quand le père brutalise verbalement sa fille avec une leçon de mathématiques à faire pâlir Ionesco, sur la toile du fond se détachent des ombres chinoises du père frappant la gamine. Les mots qui frappent on vous dit, plus fort qu’une bonne taloche. Grâce à une scène truffée de trappes, le dynamisme scénique est renforcé. Pas un temps mort, pas un moment d’ennui. Les répliques fusent, ça fait mal, ça cogne, on en prend plein la figure. Car tout est dans cette pièce : le conditionnement de la femme, les conventions sociales, la culpabilité, la religion, le flottement de la gamine qui ne sait pas différencier désir, amour ou béguin pour cet étudiant bourreau pervers « qui travaille à son brillant avenir ». On sort de là lessivé, avec bonheur.



Marie-Pierre CREON (Paris)



Avec le couteau le pain


Ecrit et mis en scène par Carole Thibaut.

Avec : Claude Baqué, Maryline Even, Karen Ramage, Charly Totterwitz,

et la participation de Sarah Espour.


Centre Culturel des Arts Urbains, Confluences, 190, bd de Charonne – 75020 Paris - Métro : Alexandre Dumas.

Informations et réservations : 01 40 24 16 46 ou sur
http://confluences.jimdo.com

Du 30 Mars au 30 Avril à 20h30, matinée à 15 heures les mardi 7 et jeudi 9 avril,

Relâche les 4 et 5 avril








Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Pierre CREON - dans À Paris 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche