Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 22:25
UN AFFRONTEMENT PÈRE FILS

Un père et un fils, tous deux issus de l’immigration. Le premier s’est européanisé. Le second s’engage dans l’islamisme. Un conflit aigu de générations.

Lui, Hamadi, dans la vie comme sur scène, c’est le père. L’autre, Soufian El Boubsi, sur la scène comme dans la vie, c’est le fils. A deux, ils ont voulu écrire et jouer un véhément affrontement entre un jeune et son aîné. Ils l’ont inséré dans ce contexte particulier qu’est un conflit lié à des positions idéologiques tranchées, adverses. Il y a quelques décennies cela se serait passé entre un vieux militant communiste et un adolescent attiré par l’extrême droite.


C’est dire si la joute verbale qui met aux prises les deux hommes est d’abord un document à propos de l’incompréhension régnant entre un géniteur et son rejeton, une incompréhension nourrie de l’interprétation par chacun d’une multitude de faits et d’attitudes durant un quotidien vécu au fil des ans. La thématique du choix de vie exacerbe évidemment la confrontation.

Le fiston perçoit son paternel comme ayant renié ses racines, comme étant vendu à un système gangrené par le matérialisme. L’ancien perçoit sa progéniture comme désireuse de revenir à un passé révolu, prête à se laisser séduire par une religion ancrée dans un sectarisme dangereux. 

Rancœurs et obstination se heurtent. Les arguments fusent. Le public, quelle que soit sa position spirituelle ou politique, se dit qu’il y en a de solides chez l’un autant que chez l’autre. Il se dit que le paroxysme des deux discours a aussi ses points faibles. Il suit ce match où les combattants frôlent parfois la violence physique après les excès verbaux. Mais il n’est pas là pour prendre parti car le pathétique se trouve non dans le divorce des idées mais bien dans le duel de ces deux êtres qui voudraient être aimés et n’y parviennent pas. Ce que souligne une fin abrupte et non théâtrale.

La mise en scène parie sur la simplicité. Les deux personnages, l’un en blanc, l’autre en noir, se déplacent sur un échiquier. Chacun a ses cases, délimitées par des éclairages serrés. Les distances qui les séparent varient selon les moments. Les tabourets qui les accompagnent servent aux menaces corporelles aussi bien qu’à prendre des attitudes psychologiques.

Hamadi a quitté le ton du conteur pour se servir de la tension des colères maîtrisées qui finissent par éclater. Soufian El Boubsi a abandonné la diction véloce d’humoriste de son «Un monde presque parfait » pour une maîtrise de la parole convaincue mais bouillonnante de révolte.

Michel VOITURIER (Bruxelles)


Présenté au Théâtre de l’Ancre, 122 rue de Montigny à Charleroi du 28 avril 2009 au 9 mai à 20h30 (32 (0)71.314.079 - www.ancre.be )

En tournée : au Théâtre des Doms, rue des Escaliers Ste-Anne à Avignon du 8 au 28 juillet à 13h30 (33 (0)4 90 14 07 99 - www.lesdoms.be/fr )

Sans ailes et sans racines
Texte, mise en scène et interprétation : Hamadi, Soufian El Boubsi
Lumières Xavier Lauwers

Production : La Charge du Rhinocéros
Coproduction : Théâtre de Namur, L’Ancre (Charleroi)

Photos © Véronique Vercheval.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche