Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 21:43
RAYONNANTE VERSION D'UN TEXTE SOMBRE

Réputé difficile, d'un abord abrupt, à la fois par son sujet - le suicide qui suit une profonde dépression - et la langue elle-même de l'Anglaise Sarah Kane, le spectacle fut  couronné de plusieurs "Prix du Théâtre 2008" pour la re-création très intelligente et pertinente qu'en propose l'Océan Nord.

Meilleur spectacle, meilleure scénographie et meilleure comédienne : ex-æquo Véronique Dumont et Catherine Salée. En effet, ce spectacle a le mérite de mettre en valeur le talent rayonnant de deux grandes actrices, s'échangeant, en alternance, les rôles fixés par l'option de la mise en scène d'Isabelle Pousseur.


Elles sont, au gré des séquences : S.K. et sa thérapeute, S.K. et son amour impossible, S.K. et ses démons intérieurs, S.K. et l'écriture, S.K. et… in fine, nous-mêmes spectateurs, grâce à une scénographie particulièrement originale, rayonnante, elle aussi, d'une blancheur clinique et jouissive à la fois. Nous sommes les convives d'un repas étrange, les regards dérangeants dont la patiente Sarah Kane se sent victime, puisqu'il s'agit d'une douloureuse autobiographie, terminée quelques jours seulement avant qu'elle réussisse sa dernière tentative de suicide, le 20 février 1999.

L'un des grands mérites des intentions de base d'Isabelle Pousseur est d'avoir voulu travailler toutes les nuances, dont un humour noir, une amère autodérision, là où l'on ne verrait que drame et morbide, et de faire apparaître, rayonnant, là encore, le besoin impérieux de laisser une trace durable, comme un espoir : "le théâtre comme fin ultime".

Deux partitions

D'une "cruelle véracité", c'est ainsi qu'était qualifiée l'œuvre de Sarah Kane par les critiques de son pays, qui le choc de "Blasted/Anéantis" passé (1995), la saluèrent comme un des grands auteurs du théâtre anglais. Ici plus que jamais ces termes sont de mise. Bien sûr, c'est la grande figure de l'auteure elle-même qui est au centre, ou plutôt au plus profond, de la pièce, mais c'est, aussi, la réalité des traitements en milieu dit hospitalier qui y est décrite avec une lucidité poignante. "Eros et Thanatos"… avide d'amour, excessive, révoltée, désespérée, telle est cette terrible héroïne et, par elle, on touche aux sentiments paroxystiques de la nature humaine.

Une certaine confidentialité étant requise dans une salle au nombre limité de spectateurs, on en oublierait presque qu'il s'agit d'un théâtre. Une qualité d'attention toute particulière est saisissante et l'on a rarement vu spectateurs plus émus, retenus, quittant lentement la salle…après avoir longuement applaudi tant de talents !
 
Suzane VANINA (Bruxelles)

Au Théâtre Océan Nord, rue Vandeweyer 63-65 à Bruxelles du 21 avril au 9 mai 2009, 20 h 30 (Me 19 h 30) (+32(0)2.216.75.55  – www.oceannord.org )

4.48 Psychose
Texte : Sarah Kane. Traduction d’Evelyne Pieiller ( l'Arche, 2001)
Mise en scène : Isabelle Pousseur assistée de Guillemette Laurent
Scénographie : Michel Boermans
Interprétation : Véronique Dumont, Catherine Salée
Lumière : Nicolas Sanchez
Mouvements : Filipa Cardoso
Costumes : Natacha Belova


Photo © Michel Boermans

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche