Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 09:09
COUPS DE GUEULE

« Mort de chiennes » eût été un titre trop explicite pour ce texte, qui démoralisera curés et patrons de la bienséance théâtrale. Oubliez les tabous pour passer derrière la vitrine du bar Mimosa, où sexe alcoolisme et meurtre côtoient politiciens, flics, et la vie, dans toute sa splendeur dérisoire.

Pour ceux qui ne connaîtraient encore que le nom d’Hugo Claus, voici un hommage réussi à son œuvre : une pénétration abrupte dans un univers qui abat la calotte et baisse les pantalons de toute la Belgique. Les accents « bruxeleir » épousent un texte cru mais plein d’intelligence. Politique, mœurs sexuelles, familles, meurtres irrésolus…Bienvenue au bal des pauvres gens, qui ont encore le pouvoir de parler sans être abattus par les conservatismes !


Le décor est explicite et pleinement habité, puisque c’est dans un salon de passe exigu que tout se passe, en temps et heure. Deux heures donc, pour sabrer la champagne en l’honneur de la décapitation de l’amie Janine, pour pleurer sa mort et la fin prochaine de Mira, pour oublier qu’on a l’existence qu’on mérite mais qu’elle est quand même nulle, que les putes sont les anges gardiens des hommes tués par la routine, que les mères peuvent être maquerelles et les souteneurs amoureux.

« Nous sommes couchées à leurs pieds, prêtes à encaisser la poubelle pleine de pourriture qu’ils ont dans la tête, et c’est à nous qu’ils crèvent la paillasse, parce qu’on est trop bonnes pour eux ». Les mots sont crachés. Tout n’est qu’agression pour mieux masquer un amas d’humanité gangrenée, comme la bouche de Zorro, le vrai chien empaillé que la mère balade partout.

Folie bordélique


Mira hésite : se battre, être encore femme et respectée, belle et jeune, ou se laisser aller à la maladie, aux pénétrations malsaines, à l’acceptation d’une condition fatale ? Qui l’aidera ? Jojo, le journaliste raté qui console son mal-être en se rendant inutile et voyeur ? Mimi, la brave mère qui défend son bordel et l’honneur de ses créatures ? Ou les flics véreux qui usent de leur matraque pour mieux asseoir leur horrible perversité ?

Le spectateur est coincé dans ce cocon, attiré par ces alliances improbables, happé par des mots pleins d’ironie et de belgitude. Si le doute est permis quant à l’issue de l’histoire, il n’y en a aucun sur la crédibilité accordée aux acteurs. Tous assument leurs rôles et nous hypnotisent dans cette réalité obscure et trop souvent niée.

Voici les femmes mises à l’honneur. Loin des mères de famille. Une ode au théâtre belge, à nos vies de chiens, à l’hypocrisie des puissants, et à Philippe Sireuil, qui parvient toujours à magnifier les textes de nos grands auteurs.

Julie LEMAIRE (Bruxelles)


Du 25 avril au 27 mai 2009 à 20h30 au Rideau, 23 Rue Ravenstein, Bruxelles  (www.rideaudebruxelles.be -  02/5078361).

Mort de chien
Texte : Hugo Claus (texte français d’Alain van Crugten) (éd. Hayez/Lansman, 2009)
Mise en scène et lumières : Philippe Sireuil assité de Christelle Alexande
Distribution : Valérie Bauchau, Janine Godinas, Philippe Jeusette, Bernard Sens, Simon Wauters
Scénographie : Vincent Lemaire    
Régie générale : Gauthier Minne
Accessoires : Stanislas Drouart
Régie plateau : Olivier Vincen
Habilleuse : Laurence Hermant
Régie lumières : David Cardinael ou Bart Zwaenepoel
Stagiaire régie : Marion Benhammou
Réalisation du décor : Vincent Rutten
Surtitrage en néerlandais : Rudi Bekaert

Samedi 9 mai 2009 : rencontres avec des metteurs en scène, le traducteur, des spécialistes et amis d’Hugo Claus. Réservation indispensable.

Photo © Daniel Locus

Partager cet article

Repost 0
Published by Julie LEMAIRE - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche