Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 12:29

DIABLEMENT MERITE

A l’initiative de l’ART (Association de la Régie Théâtrale) et de la Mairie de Paris, le prix du Brigadier, a été remis à Christian Schiaretti, il y a quelques jours. Le Brigadier d’honneur a été décerné à Claude Rich, « chez lui », sur le plateau du « Diable Rouge » au Théâtre Montparnasse. Une belle reconnaissance de la profession, certes moins médiatisée que les Molières mais très prisée par les artistes.

 

En la personne du maire de Paris, Bertrand Delanöé, le Brigadier 2009 a été remis à deux personnalités théâtrales qui ont créé l’événement en cette saison 2008/2009. Cette perche de théâtre gainée de velours rouge sert aux célèbres trois coups que le régisseur frappe en coulisses avant que le rideau ne s’ouvre.

En excellent show-man, le maire de Paris a remis l’étonnante récompense à Christian Schiaretti, le félicitant au nom de tous pour son travail au TNP de Villeurbanne avec notamment sa mise en scène de « Coriolan » (Shakespeare) qui lui a déjà valu le Prix de la meilleure création en région de la part du Syndicat professionnel de la Critique et, plus récemment, trois Molières. Emu, Christian Schiaretti a rappelé en effet le tour de force de ses deux dernières mises en scène (« Coriolan » déjà cité et « Par-dessus bord » de Vinaver), réclamant chacune sur le plateau plus d’une trentaine de comédiens.

 

Le prix des gens de « la baraque »

 

Sur la scène du théâtre du Montparnasse, le « Diable rouge » est alors apparu en la personne de Claude Rich, plus souriant et ému que jamais. Selon la tradition, il a lu un discours rappelant son parcours professionnel mais également ce que représente ce prix si particulier et si cher à Jean Anouilh, qui l’a lui-même reçu en 1971. « C’est le seul prix que j’accepte parce qu’il vient des gens de la baraque ! », avait-t-il alors déclaré.

 

Un délicieux petit pied de nez aux jurés des Molières qui ne lui ont pas décerné cette année le Molière du meilleur comédien. Et occasion pour entendre le récit de ses nombreuses rencontres théâtrales, le fait de « tenir le coup » dans cette aventure incroyable du « Diable Rouge » (bientôt huit mois de représentations !). Un discours superbe de cet homme qui accepte avec bonhomie le surnom donné par ses pairs « d’acteur souriant ».

 

Pour l’entourer et célébrer ses soixante ans de carrière, beaucoup de personnalités du théâtre avaient fait le déplacement dont Jean-Pierre Marielle, Samuel Labarthe, Catherine Rich, Didier Long ...

 

Laetitia HEURTEAU (Paris)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laetitia HEURTEAU - dans Actualités & coulisses
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche