Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 12:34

CRUAUTE ANORMALE

Cinq comédiens aux capacités mentales réduites déchaînent leurs démons. Ce spectacle venu de loin, au contenu mince et à la cruauté facile, repousse les limites morales du théâtre et démontre le choix du KunstenFESTIVALdesArts de s’ancrer dans l’ultra-contemporain.

 

Les affiches du spectacle annoncent la couleur : deux femmes aux traits trisomiques, débordantes de graisse, affublées d’un maillot de corps jaune et de collants stretchs, telles des danseuses étoiles. Dès qu’elles entrent en scène, nos stéréotypes de la beauté et de la normalité sont interrogés.

Les acteurs sont accompagnés dans leur parade scénique par la musique live du groupe « The Necks ». Piano, basse et percussions créent, en même temps que l’image et l’action scéniques, un climat de froide horreur, de stupéfaction paralysante, d’angoisse, jusqu’au mal-être physique (ou mal de crâne).

 

Le peu de texte du « show » a été écrit par les comédiens, et on imagine le long travail de mise en scène pour qu’ils maîtrisent ainsi leurs déplacements et répliques. Mais l’objectif n’est pas que l’on s’étonne de leurs prouesses : leurs rôles ne les rendent pas attendrissants. Ils sont au contraire béatement cruels. D’une cruauté sordide et voyeuriste envers la différence.

 

Pare-chocs

 

Sont-ce nos propres comportements envers eux qu’ils ont voulu exorciser en se mettant en scène ? La petite mince supportera les cris et insultes des deux autres : « you’re fat » ; elle sera obligée de se déshabiller et de leur offrir, sous nos yeux offensés, une danse oscillant entre la beauté anormale et le constat macabre d’une torture.

 

Entre nous et elles, un immense écran estompe les formes, distille les couleurs, affiche leurs ombres. Au loin, dans une forêt obscure, des bourreaux interrogent notre rapport à l’être, et à la sexualité, dans l’exercice d’un pouvoir malsain.

 

Nos perceptions habituelles sont brouillées. Les techniques utilisées pour la scénographie sont remarquables, les effets réussis, la musique intrinsèquement liée au climat créé, les acteurs sans doute fiers de ce qu’ils transmettent. Le choc est radical, et pourtant, le public, ne trouvant pas vraiment sa place dans le spectacle, reste émotionnellement et physiquement passif.

 

Julie LEMAIRE (Bruxelles)


Les 2,3, 4 et 5 mai 2009 au KVS (www.kvs.be) à 20h, dans le cadre du KunstenFESTIVALdesArts (www.kfda.be)



Food court

Anglais sur-titré FR/NL

Texte, mise en scène et scénographie : Bruce Gladwin

Texte et performance : Marc Deans, Rita Halabarec, Nicki Holland, Sarah Mainwaring, Scott Price

Musique : The Necks – Chris Abrahams (piano), Tony Buck (percussions), Lloyd Swanton (basse)

Conception et construction décor : Mark Cuthbertson

Conception lumière et direction technique : Andrew Livingston, Bluebottle



Production : Back to back theatre (Australie)



Photo © Jeff Busby

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Julie LEMAIRE - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche