Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 00:23
LA DICTATURE DES GRANDS

À Yalta, Staline, Churchill et Roosevelt décident de modifier des frontières sans souci des personnes qui seront déplacées. Sur scène des acteurs jouent et des témoins se souviennent.

L’autofiction prolifère en littérature, le docufiction se répand sur les écrans. Qu’en est-il au théâtre ? Il y a eu des exemples comme le « Rwanda 94 » de Jacques Delcuvellerie. Voici le « Transfer ! » de Jan Klata, programmé dans « Vent d’Est » à l’occasion de « lille3000 Europe XXL ». Il pose la question de savoir s’il s’agit encore de théâtre.


Les trois chefs d’états sont sur un podium ascensionnel. Ils discutent de l’avenir du monde avec désinvolture, cynisme, mauvaise foi et arrière-pensées politiciennes. Ils se livrent, selon leurs propres dires, au blabla. Mais ils chantent aussi comme des rockers en show public.

Derrière ce trio, alignés sagement sur des chaises, une dizaine de personnes, en général âgées, attendent de venir témoigner soit de leur vécu personnel d’après 1944, soit de celui de la famille dont elles descendent. Tour à tour, chacun viendra, selon des alternances diverses destinées à briser la monotonie de trop longs monologues, raconter par bribes les situations humaines subies à cause d’un partage de la Pologne par les vainqueurs du second conflit mondial.   

La fiction reléguée par la réalité

Les récits sont dits, presque joués par ces comédiens d’occasion. Il s’y glisse de l’humour et de la dérision. Mais surtout il s’y entend des détresses humaines de tous ordres, des blessures physiques et morales des violences du temps de guerre, des spoliations, des rejets racistes, des difficultés d’intégration.


Les anecdotes se succèdent. Elles ne sont pas assénées avec du pathétique. Elles sont un récit de notations tragiques du quotidien, à cent mille lieues des décisions prises en haut lieu. Elles tissent pour le public un catalogue d’errances, d’horreurs, d’injustices, de mépris, d’humiliations, de volonté de survivre, de résistance dérisoire. L’Histoire se cache derrière des faits individuels ; elle les rend d’autant plus insupportables qu’elle ne s’embarrasse pas de pitié.

Théâtralement, la sobriété domine. Elle n’évite pas un peu de lassitude du spectateur. Mais d’autre part le rend juré d’un procès qui n’aura jamais lieu. Il lui faut, en son for intérieur, prendre position, entendre des voix qui lui étaient inconnues, être en interrogation avec l’ignorance qui était la sienne. Car même si l’aspect purement théâtral n’est pas totalement convaincant, une représentation de ce type donne précisément sa grandeur au spectacle.

Michel VOITURIER (Lille)

Présenté au Théâtre du Nord à Lille les 22 et 23 mai 2009

Texte et mise en scène : Jan Klata (en polonais, surtitré)
Dramaturgie : Dunja Funke, Sebastian Majewski
Textes de Yalta : Jan Klata
Décor : Mirek Kaczmarek
Consultation littéraire : Ulrike Dittrich, Zbigniew Aleksy
Projections : Robert Balinski
Lumières : Jan Slawkowski
Distribution : Przemyslaw Bluszcz, Wieslaw Cichy, Zdzislaw Kuzniar, Wojciech Ziemianski et
Ilse Bode, Angela Hubrich, Karolina Kozak, Hanne-Lore Pretzsch, Dietrich Garbrecht
Matthias Göritz, Jan Kruczkowski, Zygmunt Sobolewski, Zbigniew Górski,
Andrzej Ursyn Szantyr

Production : Wroclawski Teatr Wspólczesny

Photo © Piotr Hawalet

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel VOITURIER - dans En Région 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche