Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 00:28
DEMAIN, VRAIMENT ? OU SERAIT-CE DÉJÀ  AUJOURD’HUI ?

"L'Homme démoli"* en route vers "l'Ultime Rivage"**, face à un horizon encore flou, avant "Le meilleur des mondes"***?

En deux parties (ô combien distinctes), intitulées respectivement : "comédie silencieuse" (soit la réalité, la société muette et soumise) et "tragédie musicale" (soit le rêve, l'utopie au sens large), voici la dernière création d’Armel Roussel et Utopia2. En d’autres termes, un Avant, rempli de constats, de doutes, de remise en cause des "ismes" : communisme, capitalisme… et de questionnements ; et un Après qui part en explosions, mais pas encore en perspectives d'avenir ni vers des solutions, bonnes ou mauvaises.


Il n'y aura pas de Demain solidement construit comme dans l'imagination fertile des écrivains de science-fiction... mais l'éruption d'une énergie qui permet tous les possibles. Pourtant, même s'il se revendique d'autres et multiples sources pour son écriture originale, on peut déceler chez Armel Roussel  des influences venues des maîtres du genre. Le  titre d'abord, et certains extraits de l'essai de Philip K.Dick, "Si ce monde vous déplaît", notamment...

L’Avant et l’Après

La "comédie silencieuse" n'est pas une succession de saynètes mais une fresque d'abord émouvante, sans cesse mouvante, un chorus d'actions simultanées d'où se dégage parfois un soliste, un duo, des échanges, microcosme sociétal dans lequel circulent et se croisent les soumis, les exaltés, les révoltés…diverses figures emblématiques pour aboutir au "Grand Fracas" dickien.


Suit "la tragédie musicale" dans un décor sonore étonnant où voisinent Woody Guthrie, Luis Mariano, Beethoven… Du haut d'un mirador, Karim Barras est seul à incarner le grand DJ, ou le grand Ordinateur-Organisateur à moins que ce ne soit  le "Grand O" dickien …

Les autres comédiens, tous rompus à changer instantanément de personnage et de style, ont été l'amoureuse, le névrosé, la mystique, l'écolo, la savante, le sportif… et la sainte trinité familiale, dont le fils qui fut l'Ado au long cri d'angoisse révoltée qui avait clos la première partie et déclenché sans transition le grand chambardement.

À la fin réapparaît la figure passéiste de "La Pieta" - la mère éternelle, qui impressionna tant Philip K. Dick - un final merveilleux de naïveté retrouvée, vers la mer, éternelle aussi… Mais auparavant ils auront envoyé des avions de papiers vers "Ailleurs et Demain", avec l'idée qu'on ne fait pas la révolution… on l'est. Réconfortant.

Comme un « work in progress »

Armel Roussel est cet homme de théâtre complet qui aime s'entourer des mêmes comédiens, qu'il connaît bien puisqu'il les a formés. Dans cette famille, sa compagnie "Utopia2" (tiens !), chacun peut, doit, s'exprimer ! Ici plus que jamais chaque acteur eut le choix de personnages et d'écriture dans le cadre d'un projet commun, sachant qu'une première chez Armel Roussel signifie le début d'un processus en évolution constante au fil des représentations.


L'homme a acquis, avec "Pop ?" surtout, une réputation de provocateur, comme si seule la mise à nu du corps, fréquente dans ses spectacles, était dérangeante. On le dit maintenant adouci, apaisé, avec ce dernier opus qui met à plat et bouscule des acquis branlants et des vérités fondamentales vacillantes. Il est vrai qu'il n'y a pas cette fois d'autre dévoilement que celui d'une paire de seins. Le corps tout autant que la parole a, toujours et encore, droit d'expression chez "Utopia2", droit de libre expression !

Suzane VANINA (Bruxelles)

* Alfred Bester, **Ursula K.Le Guin,  ***Aldous Huxley

Au Théâtre Varia, rue du Sceptre, 78, 1050 Bruxelles, les 8, 9, 12, 14 mai, 20 h 30 (me 13.05, 19 h 30), ensuite du 6 au 8 octobre au Théâtre de la Place à Liège. Reprise au Varia du 16 au 24 octobre 2009 - Tél : +32(0)2.640.82.58 – www.varia.bewww.theatredelaplace.be - www.utopia2.be

Si demain vous déplaît
Mise en scène, écriture, scénographie : Armel Roussel assisté de Julien Jaillot
Ecriture, interprétation : Karim Barras, Yoann Blanc, Lucie Debay, Sofie Kokaj, Mathilde Lefèvre, Nicolas Luçon, Pascal Merighi, Florence Minder, Vincent Minne, David Murgia, Uiko Watanabe
Lumière : Patrice Lechevallier
Son : Brice Cannavo
Musique live : Karim Barras
Chorégraphie : Pascal Merighi
Costumes : Mina Ly

Co-production : Utopia2/Théâtre Varia/Théâtre de la Place/CD de la CFWB

Photo © Danièle Pierre

Partager cet article

Repost 0
Published by Suzane VANINA - dans En Europe 2008-09
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche